Passages piétons dangereux à Monaco: ce que dit le Code de la route

Fabien Vachetta, Commandant principal de police fait le point sur la dangerosité des passages piétons à Monaco. Il rappelle aussi certaines règles fondamentales.

Article réservé aux abonnés
Julie Baudin Publié le 25/10/2022 à 11:48, mis à jour le 25/10/2022 à 11:48
Il n’y a pas de passages protégés surreprésentés dans l’accidentologie à Monaco. Mais les accidents corporels sont plus nombreux dans les zones géographiques accueillant une forte mixité piéton/véhicules/voies à forte densité de circulation comme les secteurs de la Condamine. Photo J.-F. O et D.M.

Avez-vous enregistré plus de cas d’incivilités au sujet des passages piétons?
Globalement, en Principauté, les conducteurs ont un comportement relativement respectueux des piétons, à ce titre on enregistre d’ailleurs très peu de stationnements abusifs sur les passages piétons. Le Code de la Route permet d’ailleurs de sanctionner les automobilistes qui se rendraient coupables de refus de priorité (150€ d’amende) ou d’un stationnement interdit sur les aires ou voies réservées à la circulation des piétons (22,50€ d’amende).

Avez-vous listé d’éventuels points noirs?
Il n’est pas constaté de passages protégés surreprésentés dans l’accidentologie à Monaco. Toutefois, il apparaît que les accidents corporels sont fort logiquement plus nombreux dans les zones géographiques accueillant une forte mixité piéton/véhicules/voies à forte densité de circulation comme les secteurs Monte-Carlo ou encore de la Condamine. Les zones de chantiers ayant une emprise sur la voie publique peuvent parfois aussi être un facteur accidentogène supplémentaire pour plusieurs raisons: la signalisation au sol et verticale est modifiée, il y a un changement dans les habitudes des usagers en véhicule ou piétons, les palissades de chantier sont parfois susceptibles de diminuer la visibilité sur la zone concernée. Une vigilance particulière est donc engagée sur ces zones.

La Principauté est-elle toujours exemplaire en la matière?
Je ne sais pas si Monaco est exemplaire, mais, en effet, le nombre très important de passages protégés sur notre territoire combiné avec le réel respect par les automobilistes des piétons qui les empruntent conduit à un faible nombre d’accidents constatés. Toutefois, le risque zéro n’existe pas et nous devons, tout comme les piétons et les usagers de la route, rester attentifs.

Pouvez-vous rappeler les règles: à quel moment un piéton est prioritaire? Quelles sont les sanctions pour un piéton qui traverse quand ce n’est pas son tour ou en dehors des clous?
Quelle que soit la situation, le piéton a la priorité sur les autres usagers de la route. Cependant, cela ne l’exonère pas de devoir respecter un certain nombre de règles. Par exemple, l’art. 199 du Code de la Route: "Lorsque les trottoirs ou contre-allées sont aménagés spécialement pour l’usage des piétons, ceux-ci doivent s’y tenir"; l’art. 200 du Code de la Route: "Les piétons sont tenus de prendre le trajet le plus direct, c’est-à-dire perpendiculaire aux trottoirs, pour traverser les chaussées d’un trottoir à l’autre, de ne pas franchir les carrefours en diagonale, mais de les contourner en traversant successivement les voies qui aboutissent, de ne pas traverser la chaussée en dehors des passages qui leur sont réservés, à moins qu’ils ne se trouvent à plus de 30 mètres d’eux en aval ou en amont, de ne pas s’engager sur la chaussée en dehors du temps qui leur est réservé là où est réglé le passage alterné des piétons et des véhicules."

Les sanctions pour les automobilistes?
Le refus de priorité à piéton (piéton engagé dans un passage spécialement prévu pour permettre la traversée) est sanctionné par le Code de la Route avec une amende de 150 euros et peut, éventuellement, être qualifié en coups et blessures involontaires, par imprudence ou négligence.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.