“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Par rapport à d'autres pilotes, il voit le circuit différemment

Mis à jour le 25/05/2016 à 05:14 Publié le 25/05/2016 à 05:14
Une parade au bonheur d'une centaine de badauds.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Par rapport à d'autres pilotes, il voit le circuit différemment

Avant de conduire le prince Albert II sur le circuit du Grand Prix pour deux tours de reconnaissance filmés, pour son compte, par une équipe de caméramans, Nico Rosberg a dû se soumettre, comme tout un chacun, aux contrôles de sécurité.

Avant de conduire le prince Albert II sur le circuit du Grand Prix pour deux tours de reconnaissance filmés, pour son compte, par une équipe de caméramans, Nico Rosberg a dû se soumettre, comme tout un chacun, aux contrôles de sécurité. Préférant taire le nom du propriétaire de la rutilante Mercedes, le pilote n'a pas lâché les agents de sécurité du regard lors de l'inspection du véhicule, craignant la moindre rayure. « Je serai très attentif », avait pourtant averti l'agent.

Après une petite demi-heure à rouler sur le circuit, le prince et son chauffeur d'un jour ont regagné le calme de la cour du Palais pour une séance photo ponctuée de francs échanges.

« ça c'est très bien passé. C'est un pilote exceptionnel et une très belle voiture qui ne demandait qu'à aller un peu plus vite », a plaisanté le souverain en introduction. Nico Rosberg y allant de son bon mot dans l'aspiration. « Spécialement au virage 1 que je vous ai demandé de changer sans le dire aux autres pilotes (rires). ça va être la grosse surprise. » Boutade suivie de questions.

Les années passant, sentez-vous Nico plus serein dans l'approche de la course ?

Le prince : Avec l'expérience, il apprend à planifier les choses peut-être mieux et puis à avoir un peu plus de recul. Tu ne m'as pas dit mais peut-être qu'à l'intérieur ça bouillonne.

Nico Rosberg : Ah oui ! C'est Hollywood ! (rires) La tension, elle est là, c'est sûr.

- J'ai connu ça aussi en bobsleigh. À l'approche d'une compétition, on veut être calme en dehors, pour ne pas influencer d'une mauvaise façon l'équipe. Et puis, à l'intérieur, il y a un peu d'anxiété. Ce n'est pas tellement de l'anxiété ou de la peur mais la tension de la compétition.

- Bien sûr. Et sans ça, j'arrête ! Je vis pour cette adrénaline. La compétition, la bagarre.

D'où l'importance de vos discussions ? Partager sa pression est aussi une manière de la libérer ?

Le prince : Bien sûr. D'ailleurs, on a parlé de sport automobile mais pas uniquement. Aussi des différents aspects de Monaco. C'est un enfant du pays, je n'ai pas grand-chose à lui apprendre, si ce n'est de partager quelques anecdotes sur son enfance et les différents lieux de Monaco qu'il connaît aussi autrement. Par rapport à d'autres pilotes, il voit le circuit différemment.

Confidences de passionnés dans la cour du Palais princier.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.