Rubriques




Se connecter à

"Où peut-on faire des promenades en éléphant?": les demandes les plus cocasses des touristes

Chaque année, les visiteurs déferlent sur Monaco par milliers, avec une certaine conception de la Principauté. L'office de tourisme les accueille, et répond à leurs demandes, parfois cocasses.

Ludovic Mercier Publié le 31/08/2017 à 14:20, mis à jour le 31/08/2017 à 14:22
Une vue générale de Monaco (image d'illustration). Photo Michael Alesi

Ils sont là, surentraînés, formés aux techniques les plus pointues, prêts à tout encaisser pour répondre aux questions des visiteurs de la Principauté, sans jamais pouffer de rire: ce sont les employés de l'office de tourisme de Monaco. Nathalie Berruti, à la tête de ce service, confie: "Je fais ce métier depuis 21 ans, et je suis encore surprise très régulièrement."

Situé à côté du plus grand parking et du hub de bus le plus important, le bureau principal accueille chaque année des milliers de personnes. "Nous sommes très heureux de voir que les touristes qui viennent nous voir sont extrêmement gentils et respectueux. Ils viennent apprendre notre pays. Il y a une grosse part de rêve dans les raisons qui font venir à Monaco", s'attendrit Guillaume Rose, directeur du Tourisme.

La maison des Tuche

Et quoi de mieux que le cinéma pour rêver? Nathalie Berutti, directrice de l'office de tourisme, confirme: "Beaucoup de gens viennent nous demander des lieux qu'ils ont vu dans des films."

Ainsi ce monsieur voulait savoir: "Où est située la maison des Tuche?" Seulement voilà, le film n'a pas été tourné à Monaco, mais à Cannes. Il n'y a aucune maison des Tuche ici.

 

Monaco ou Monte-Carlo

Le cinéma qui entretient la confusion mythique à l'origine de la sempiternelle question: "Ici, on est à Monaco ou à Monte-Carlo?" Un malentendu qui doit se produire aussi à l'office de tourisme d'Hollywood et Los Angeles, ou de Manhattan et New York.

Promenade en éléphant et dromadaire

"Il y a beaucoup plus de rêve que de demandes concrètes", insiste Guillaume Rose. Alors, tant qu'on rêve, autant y aller à fond! Et puisque Monaco rime avec luxe et démesure dans l'imaginaire collectif, ce couple a très sérieusement demandé: "Où peut-on faire des promenades en éléphant ou en dromadaire?"

Une requête farfelue très vite pardonnée, puisque, comme l'explique la directrice de l'office, ces visiteurs avaient probablement entendu parler du mariage indien qui avait eu lieu il y a quelques années et dont les images circulent toujours.

La famille princière au Grimaldi Forum

"Il y a une grosse part de rêve dans les raisons qui font venir à Monaco. On vient voir le casino, les riches, les yachts, la famille princière. Ils ont beaucoup de curiosité et d'attente. Les visiteurs rêvent de voir la famille princière", glisse le directeur du Tourisme. Et pour être sûr de rencontrer le souverain, ils veulent s'assurer d'une chose: "La famille princière, elle vit bien au Grimaldi Forum?"

Autant de petites anecdotes qui témoignent de la volonté des touristes de mieux connaître un pays dont ils ignorent presque tout. 

Le train pour la Corse

À un point qui pousse parfois au fou rire. Alors ayons un moment d'empathie pour les employés de l'office qui ont très sérieusement, et respectueusement, répondu à un "Où prend-on le train pour la Corse?" ou un "Le tunnel du Mont-Blanc, il est ouvert?"

 

Quand le rêve s'empare de l'humain, il peut le pousser loin dans les délires. Et surtout, il s'y accroche autant qu'il peut. C'est sans doute pour ça que de plus en plus les visiteurs demandent, par courrier ou téléphone, si on peut leur envoyer une… plaque d'immatriculation de Monaco. Comme ça! Pour rêver!

L'équipe de l'office de tourisme, autour de Guillaume Rose et Nathalie Berruti, conserve jalousement un cahier dans lequel sont consignées les meilleures perles. Quel meilleur outil pour la formation des futurs collaborateurs ? Photo Michael Alesi.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.