Rubriques




Se connecter à

Opération zéro mégot: des cendriers de poche distribués gratuitement cet été à Monaco

Afin de sensibiliser la population et les touristes sur les méfaits des mégots sur l'environnement et le milieu marin, la mairie de Monaco, en partenariat avec la Société Monégasque d’Assainissement (SMA) et à la Direction du Tourisme et des Congrès (DTC), renouvelle l'opération "Monaco Zéro Mégot" cet été.

La rédaction Publié le 04/07/2022 à 13:36, mis à jour le 04/07/2022 à 13:39
Ces cendriers de poche sont disponibles gratuitement dans les kiosques d'information touristiques. Photo mairie de Monaco

Depuis l’an dernier, suite à la décision du gouvernement princier de rendre les plages de la Principauté non fumeur durant la saison estivale, les cendriers ne sont plus en libre-service sur les présentoirs. Néanmoins, l’objectif de l’opération est de mener tout au long de l’été, une campagne de sensibilisation sur les méfaits des mégots mais également sur les autres déchets qui polluent les mers et la nécessité de protéger le milieu marin.

Pour ce faire, les équipes de la SMA et les hôtesses et hôtes de la DTC se relaieront pour distribuer les cendriers dans diverses zones de la Principauté: vers les plages et le Solarium, ainsi qu’à Monaco-Ville.

 

Par ailleurs, ces cendriers de poche seront à disposition du public dans plusieurs points d’accueil de la DTC (kiosques d’information), la boutique SMEG / SMA (11, rue Guillaume Apollinaire), ainsi que sur les sites communaux recevant du public (Médiathèque, Stade Nautique Rainier III…).

Des bornes Écomégot sont toujours à disposition sur plusieurs sites de l’Institution Communale :
- Marché de La Condamine
- Espace Léo Ferré
- bâtiment de la Mairie
- Ecole Supérieure d’Arts Plastiques – Pavillon Bosio
- Médiathèque de Monaco (Fonds Régional, Vidéothèque et Sonothèque José Notari, Bibliothèque Louis Notari) 
- Stade Nautique Rainier III

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.