“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"On s'en doutait". Les commerçants de Menton pas surpris par l'annulation de la fête du citron

Mis à jour le 06/12/2020 à 07:15 Publié le 05/12/2020 à 20:17
 Déjà éprouvés par les confinements successifs, les commerçants sont inquiets pour la situation financière de leurs affaires. Pour autant, certains espèrent pouvoir faire vivre la Fête du citron autrement.

Déjà éprouvés par les confinements successifs, les commerçants sont inquiets pour la situation financière de leurs affaires. Pour autant, certains espèrent pouvoir faire vivre la Fête du citron autrement. Photos Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"On s'en doutait". Les commerçants de Menton pas surpris par l'annulation de la fête du citron

La nouvelle est tombée vendredi soir : l’événement incontournable de l’hiver à Menton n’aura pas lieu en 2021. Commerçants, restaurateurs et professionnels du tourisme s’y étaient malheureusement préparés…

"On s’en doutait."

Au lendemain de l’annonce de la décision prise par la Ville de reporter la Fête du citron en 2022, cette phrase est sur toutes les lèvres. Contexte sanitaire exceptionnel oblige, les professionnels du commerce, de la restauration et du tourisme, déjà très éprouvés, s’étaient préparés à l’idée.

"J’avais déjà fait une croix sur la prochaine Fête du citron, admet Laure Ippolito, propriétaire du salon de thé Noailles, sur l’avenue Félix-Faure. Maintenant que l’annonce officielle est tombée, c’est moins difficile psychologiquement de se faire à l’idée."

La double peine

Mais psychologiquement seulement, car financièrement, la situation est toute autre. "C’est catastrophique, poursuit la gérante. Entre novembre et la Fête du citron, ce sont normalement nos meilleurs mois."

Triste perspective qui s’annonce donc pour les commerçants mentonnais. Tous déjà très éprouvés par les deux confinements successifs et, pour les commerces non essentiels, les fermetures imposées. "C’est plus que difficile pour nous. Le mieux que nous avons pu faire ces derniers jours, c’est 85 euros sur une journée", explique Francesco Arbolino, du Bistrot sur Soleil.

Le restaurant, situé en bord de mer, bénéfice habituellement d’une place de choix, en plein milieu du circuit des corsos de la Fête du citron. "Pendant les parades, nous pouvons faire entrer 1 500 euros par jour en moyenne. L’année dernière, la fin anticipée de la Fête du citron nous a déjà coûté cher. Les frigos étaient pleins, nous avons dû tout jeter."

Seule consolation cette année, aussi minime soit-elle : "L’annonce de l’annulation de la Fête a été faite suffisamment en avance. Nous n’aurons pas à jeter nos stocks", se résout Laure Ippolito.

De son côté l’association des commerçants, Menton Sourire, met tout en œuvre pour offrir de meilleures perspectives à ses adhérents mais aussi aux habitants. "Nous avons beaucoup d’idées dans les tiroirs que nous souhaitons mettre en place pour marquer, malgré tout, la Fête du citron et apporter un peu de gaieté aux Mentonnais pendant cette période", souligne Marc Jasset, le président de l’association.

Faire vivre la Fête du citron malgré tout

Aussi les commerçants, adhérents ou non de Menton Sourire, sont-ils invités à décorer leurs vitrines sur le thème des agrumes. "Ici, nous ferons, entre autres, une valise en citrons et en oranges", détaille le propriétaire de la boutique Caprice.

Bien sûr, le maroquinier n’est pas dupe. "Nous savons que nous allons perdre une grosse partie de notre chiffre d’affaires sans la Fête du citron. L’année dernière, lorsqu’elle s’est arrêtée plus tôt que prévu, la ville s’est vidée. Malgré tout, les locaux ont droit de voir la ville s’égayer pendant cette période."

Des discussions pour proposer d’autres animations seraient en cours. "Nous ne resterons pas sans rien faire. Mais il faut que nos propositions collent avec les restrictions sanitaires. Nous attendons les prochaines annonces."

Sur les réseaux sociaux, plusieurs Mentonnais ont émis le souhait de voir réutiliser d’anciennes structures des expositions passées de motifs d’agrumes afin d’être disposées un peu partout en ville. Peut-être seront-ils exaucés.

"Désastre" pour la location saisonnière

"Nous sommes les grands oubliés de cette crise", déplore la gérante d’une agence immobilière, spécialisée dans la location saisonnière.

Car sans tourisme, difficile de faire vivre son affaire.

L’annonce de l’annulation de la Fête du citron est venue comme un coup de massue assombrir l’avenir déjà morose du secteur.

"D’habitude, je fais le plein pendant toute la durée de la Fête. Ma clientèle, essentiellement composée de personnes âgées, arrive au mois de novembre et repart en avril. Les gens viennent profiter de la douceur de l’hiver, de la Fête du citron mais aussi du Carnaval de Nice. Avec tous les événements annulés et la réouverture des restaurants encore incertaine, les clients ne vont pas payer une location 1 200 euros au mois pour n’avoir que des promenades en bord de mer pour se divertir. Autant rester chez soi."

"C’est terrible, cette crise sanitaire. Mais la crise économique qui s’annonce l’est tout autant. Ça va être un désastre", déplore cette professionnelle de l’immobilier.

Seule éclaircie : son agence a signé un contrat avec une entreprise ayant décroché un chantier à Monaco. "En nous louant quelques appartements, ils nous ont sauvé la vie. Sans eux, j’aurais dû fermer mon agence et licencier mon employée, assure la gérante. Nous n’avions jamais vu ça : au mois de novembre nous n’avons eu aucune demande, aucun coup de téléphone."

Malheureusement, difficile de compter sur la saison estivale passée pour maintenir l’équilibre financier dans les mois à venir.

"Juillet et août sont nos meilleurs mois. Mais cette année, sans les Italiens, nous n’avons pas rempli."

Alors, elle aimerait pouvoir faire passer un message : "Que les locaux ne nous oublient pas. Lorsqu’on pourra recommencer à circuler, s’ils ont de la famille qui vient les voir, qu’ils pensent à se tourner vers nous plutôt que vers les plateformes de location en ligne."


Le Syndicat hôtelier de Menton Riviera française préfère se donner le temps de la réflexion avant de réagir à l’annulation de la Fête du citron.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.