“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On rebat les cartes

Mis à jour le 23/01/2020 à 10:33 Publié le 23/01/2020 à 10:33
Sébastien Ogier a trouvé un ruban de neige dans ses chères Hautes-Alpes pour prendre en main la Toyota Yaris WRC.

On rebat les cartes

Attention, les as changent de couleurs ! Ogier entame son ultime défi avec Toyota tandis que Tänak étrenne sa couronne chez Hyundai. Frissons garantis

C’est un drôle de clin d’œil. Alors que le Rallye Monte-Carlo doit faire l’impasse sur la place du Casino, l’habituel écrin de son podium de départ en Principauté, indisponible cet après-midi pour cause de lifting, voilà que le championnat du monde, sa majesté WRC, rebat les cartes... En long, en large et en travers, s’il vous plaît !

Ainsi, à l’instant du pointage initial de cette 88e édition (17 h), quand viendra le moment de prendre la route d’un préambule nocturne pavé de mauvaises intentions (2 épreuves spéciales entre Monaco et Gap), le quai Albert-Ier verra deux des principales têtes d’affiche arborer de nouvelles couleurs.

Qui l’aurait cru il y a douze mois ? Autre saison, même endroit : dimanche 27 janvier 2019, Sébastien Ogier, bourreau de Thierry Neuville pour 2’’2, réussit un sensationnel retour gagnant chez Citroën. Centième succès en WRC pour la marque aux chevrons qui célèbre d’entrée son centenaire en fanfare.

Aujourd’hui, exit l’armée rouge ! Pavillon baissé du jour au lendemain en fin de campagne, quand son champion détrôné a choisi de changer d’air.

C’est donc dans le baquet d’une Toyota Yaris que l’ogre des Hautes-Alpes entame le dernier défi d’une carrière « rallystique » ô combien fructueuse. Lui qui a décidé de tirer sa révérence à 36 ans compte évidemment prolonger cette série d’invincibilité sans précédent au pied du Rocher. Sept triomphes au total, dont six de rang depuis 2014, et maintenant ? À domicile, le sextuple champion du monde devra une fois de plus étaler ses facultés d’adaptation hors normes. En attendant, il semble emballé par le potentiel du « kart » japonais pris en main quatre jours durant entre décembre et janvier.

Tänak pour enfoncer le clou

Le second as du volant virant de bord n’est autre que son successeur sur le trône... et son prédécesseur dans le camp Toy’. Sitôt couronné, Ott Tänak s’en est allé chez le voisin d’en face. Une maison Hyundai elle aussi fraîchement titrée, côté constructeurs, où l’on compte sur le coupeur de têtes estonien pour enfoncer le clou.

Lui aussi devra vite se familiariser avec les mensurations de sa nouvelle monture - plus longue -. En outre, sa cohabitation avec Thierry Neuville, fidèle pilier de la firme sud coréenne déterminé à le rester, sera scrutée de près. Le Belge tenant solidement le rôle de l’éternel second, puisque désormais vice-champion du monde puissance 5, redémarre ainsi en excellente compagnie...

Son autre voisin de garage cette semaine « pèse », lui, 9 sacres suprêmes et 7 glorieuses monégasques. Sébastien Loeb en personne !

À propos de l’inoxydable recordman alsacien, 46 ans bientôt, on ne s’aventurera surtout pas à prédire qu’il va prendre son ultime départ en Principauté dans la peau d’un pilote officiel, tout à l’heure, quai Albert-Ier.

En revanche, on peut vous garantir que cet illustre intermittent mettra son grain de sel aux avant-postes.

Et plus si affinités ?

Faites vos jeux...

7

4

Jo Lillini

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.