“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On réalise enfin que le moteur thermique pollue

Mis à jour le 02/03/2019 à 10:02 Publié le 02/03/2019 à 10:02
Le prototype grandeur nature, actuellement en Chine, n’était pas disponible. Les visiteurs du Siam auront droit à la maquette de ce concept-car imaginé par la société de design Icona. Cette voiture, qui n’en est plus vraiment une, mesure plus de 5 mètres et n’a pas de volant. Il s’agit d’un véhicule autonome 100 % électrique, de 600 chevaux, doté d’un immense toit de verre, qui peut accueillir six personnes. Pour travailler, dormir, se détendre,  discuter. Comme dans un salon lounge. D’après Icona, ce concept pourrait devenir réalité dans un ou deux ans.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

On réalise enfin que le moteur thermique pollue

Depuis l’origine, le Salon international de l’automobile de Monaco fait la part belle aux véhicules propres. Ce qui réjouit la Fondation Prince Albert II et son vice-président, Bernard Fautrier

La Fondation Prince Albert II soutient, depuis le début, le Salon international de l’automobile de Monaco. Lors de l’inauguration de la troisième édition, jeudi matin, nous avons demandé pourquoi au vice-président de cette fondation dédiée à la protection de l’environnement. Dans cet entretien réalisé à la fin de la visite, Bernard Fautrier estime qu’il faudra passer par des mesures de restrictions des véhicules thermiques en Principauté pour arriver à la neutralité carbone voulue par le souverain en 2050.

Jean-François Ottonello

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.