"On hésite à traverser": Ces passages piétons que vous jugez dangereux à Monaco

Ils sont particulièrement exposés aux accidents de la route. Pourtant, selon le Code de la route, un piéton engagé sur une voie de circulation a toujours la priorité. Et c’est d’autant plus vrai sur un passage protégé. Dans les faits, c’est parfois plus compliqué.

Article réservé aux abonnés
Julie Baudin Publié le 25/10/2022 à 11:40, mis à jour le 25/10/2022 à 14:17
Les piétons se sentent particulièrement vulnérables au moment de traverser la rue Grimaldi. Photo J.-F. O et D.M.

A priori, traverser une rue sur un passage protégé est un acte banal qui devrait être sans aucun danger. Puisque justement, il est protégé. Qui plus est à Monaco, où on a coutume de dire que les passages piétons sont plus respectés qu’ailleurs.

Dans les faits, ce n’est pas toujours le cas et traverser au passage clouté peut parfois se révéler compliqué, voire dangereux. Dans les statistiques générales, les piétons sont d’ailleurs particulièrement concernés par les accidents de la circulation.

À la suite de notre appel lancé sur Facebook au sujet des passages piétons, de très nombreuses personnes nous ont fait part de leur avis sur les passages protégés de la Principauté. Essentiellement des piétons, mais pas que. Certains usagers de la route nous ont aussi fait part de l’attitude de certains piétons qui n’hésitaient pas à se mettre tout seuls en danger.

On fait le point sur ces voies où il faut redoubler de vigilance et d’attention à Monaco.

Rue Grimaldi: le piéton vulnérable face à la circulation

Les passages piétons de la rue Grimaldi sont assez souvent pointés du doigt. Sans doute parce que cette voie de circulation est une des plus empruntées de la Principauté.

à lire aussi

Mi-septembre, Aurélie a eu la peur de sa vie dans cette rue. Son commentaire posté sur le groupe Facebook "Aide et solidarité entre les résidents de Monaco" a d’ailleurs suscité de très nombreuses réactions.

"C’était sur le passage protégé qui se trouve juste après le tunnel au niveau de la Poste. Un bus s’est arrêté pour me laisser passer, je me suis engagée et à ce moment-là, un scooter est passé sous mon nez. Je poussais la poussette de mon fils et j’ai eu la peur de ma vie!"

"Les voitures qui viennent du tunnel arrivent très vite et voient les piétons au dernier moment, confirme une lectrice à la suite de notre appel à témoins. Il n'y a aucune visibilité ni pour les piétons, ni pour les voitures qui viennent à vive allure." "À cet endroit, c’est un vrai coupe-gorge, confirme Élodie. Il n’y a pas de feu à ce niveau et, pourtant prioritaires, en tant que piétons, on hésite à traverser. Je préfère attendre qu’il n’y ait plus de voiture quand je suis avec mes enfants."

Des passages piétons sans feux comme sur Albert-Ier

"Ce n'est pas forcément toujours la vitesse des automobilistes qui est en cause, nous écrit Marc. Il y a aussi beaucoup de passages piétons sans feux comme ceux du port Hercule. Parfois la traversée du boulevard Albert-Ier prend des airs d’épreuve olympique." "Pourquoi aucun feu ne stoppe le trafic assez vif sur cet axe très emprunté? se demande Carine. Les piétons doivent donc s’engager sur les passages protégés et s’en remettre au bon vouloir des automobilistes? Des fois ce n’est franchement pas rassurant de traverser là. Surtout avec des enfants."

"Un passage piéton n'a pas forcément besoin de feux, explique Jean-Luc Puyo de la direction de l’Aménagement urbain. Et on ne peut pas mettre des feux partout car cela créerait d’énormes bouchons à Monaco où, comme vous pouvez le voir, la circulation est très dense. Nous sommes là en plein cœur de ville et les seules règles qui s’appliquent sont la priorité aux piétons et une vitesse maximum de 50 km/h pour les automobilistes."

Quand la végétation nuit à la visibilité

De son côté, Gregory fait partie des lecteurs qui ont relevé, ils sont quelques-uns, "les passages piétons du Larvotto avec des buissons proéminents qui séparent les deux voies et masquent les piétons qui s’engagent lorsqu’ils sont entre deux… Terriblement dangereux!".

Jess se pose, elle, du point de vue conducteur, mais elle va dans le même sens que Grégory: "Les passages piétons du boulevard du Larvotto sont très dangereux car depuis qu’ils ont été refaits, les conducteurs ont moins de visibilité sur les piétons et la plupart se croient tout permis et traversent sans s’arrêter ni regarder si une voiture arrive."

Un manque de visibilité dû à la végétation est également relevé par des lecteurs au niveau du passage piéton qui relie le Louis-II au stade Didier Deschamps juste après le rond-point. "Il n’y a pas de visibilité du piéton à cause de la jungle des haies trop hautes et beaucoup d’enfants qui traversent aux heures des sorties scolaires, témoigne Laure. J’ai vu un enfant qui, à quelques centimètres près, se faisait écraser juste devant moi!"

Trop de vitesse

La vitesse des véhicules est souvent mise en cause par les piétons. C’est le cas sur la plupart des artères principales de Monaco comme la rue Grimaldi, l’avenue d’Ostende, le boulevard du Jardin Exotique ou encore celui du Belgique qui est devenu une "autoroute" pour certains de nos témoins. "Les voitures lancées à pleine vitesse s’arrêtent rarement. Personne ne tient compte de la limitation de vitesse. Pourquoi n’y a-t-il pas de ralentisseurs?"

Sophie est résidente de cette artère et, comme d’autres de nos témoins, elle lance un appel: "Il serait parfois judicieux de mettre des panneaux réfléchissants pour signaler les passages piétons, comme celui qui se trouve en face de la caserne des Carabiniers, ou bien installer des ralentisseurs pour casser la vitesse des voitures (...) La Sûreté publique n’est pas assez sévère avec les excès de vitesse en Principauté. Je trouve qu’il y a un manque de présence policière sur la voie publique, les agents sont concentrés sur des points stratégiques aux entrées et sorties de Monaco mais pas ailleurs."

Le piéton est prioritaire. Manque-t-il aussi de vigilance ? Photo J.-F. O et D.M..

Le piéton roi serait-il trop tête en l’air?

À Monaco, utiliser ses pieds pour se déplacer est une vraie bonne idée. Mais là où ça peut devenir dangereux, c’est que les piétons ici sont tellement habitués à un tel comportement exemplaire de la part des automobilistes monégasques, qu’il leur arrive de ne même pas regarder avant de traverser.

"Les piétons qui se savent rois à Monaco, ne traversent pas tous au passage piéton! note Sabrina. C’est parfois l’anarchie totale. Et quand les piétons traversent, ils ne regardent pas. Personnellement, je fais très attention mais c’est devenu la jungle! Entre les motos, les scooters, les trottinettes, les piétons et les vélos, c’est parfois compliqué!"

André roule en scooter et il redouble aussi de vigilance avec les piétons: "Ils ont tous la tête dans leur téléphone et leur appli pour chercher leur chemin. Sans parler des trop nombreux salariés qui, en se rendant au travail, marchent avec leur nez dans le téléphone."

"Ce qui est dingue, ce sont les piétons qui traversent sans marquer de stop entre le trottoir et le passage piéton comme s’ils continuaient leur route, note Amber. Pour ma part je respecte les piétons, je les laisse traverser mais ils devraient vraiment arrêter de faire ça et surtout regarder et analyser avant de traverser."

Faire cohabiter au sein du même espace public les automobilistes, les bus, les vélos, les trottinettes et les piétons, c’est le casse-tête quotidien de la direction de l’Aménagement urbain. "L’espace public est un espace commun et par essence il est partagé, explique le directeur de la DAU Jean-Luc Puyo. Et des règles s’appliquent à tous. Ce sont celles du Code de la Route."

Il existe à Monaco 547 passages piétons, 17 carrefours à feux et 80 feux tricolores - dont 5 dits intelligents gérés par caméras. La DAU met tout ceci en musique "et nous essayons de nous adapter à toutes les situations", précise Jean-Luc Puyo.

Il existe en Principauté cinq feux dits intelligents. Ils sont gérés par des caméras et ils s’adaptent aux flux des piétons et de la circulation. Photo J.-F. O et D.M..

547 passages piétons en Principauté

Faire cohabiter au sein du même espace public les automobilistes, les bus, les vélos, les trottinettes et les piétons, c’est le casse-tête quotidien de la direction de l’Aménagement urbain.

"L’espace public est un espace commun et par essence il est partagé, explique le directeur de la DAU Jean-Luc Puyo. Et des règles s’appliquent à tous. Ce sont celles du Code de la Route."

Il existe à Monaco 547 passages piétons, 17 carrefours à feux et 80 feux tricolores - dont 5 dits intelligents gérés par caméras.

La DAU met tout ceci en musique "et nous essayons de nous adapter à toutes les situations", précise Jean-Luc Puyo.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.