“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On fait le point sur le calendrier des travaux de l'extension en mer

Mis à jour le 14/06/2017 à 11:18 Publié le 14/06/2017 à 11:14
Je découvre la nouvelle offre abonnés

On fait le point sur le calendrier des travaux de l'extension en mer

Les travaux de l'extension en mer débutés en août 2016 se poursuivent sans encombre pour une livraison en novembre en 2020. On fait le point sur les dates clés du chantier.

Aujourd’hui
La phase des travaux préparatoires est bien avancée. À ce jour, le déplacement d’espèces vivantes, comme les posidonies et les nacres, est terminé. La caulerpa a également été évacuée.

Fin juin 2017
Le dragage des sédiments pollués au fond de l’anse du Portier vient de débuter. De quoi s’agit-il? De toutes les particules que l’on trouve au fond de la mer et qui contiennent des traces de pollution, notamment aux hydrocarbures. En tout, 50.000 m3 de sédiments pollués seront «ramassés» soit à l’aide d’une pelle excavatrice qui chargera des bateaux (jusqu’à 25 mètres de profondeur), soit avec un navire spécifique équipé d’une pelle à câble pouvant travailler plus en profondeur. "Ces sédiments seront progressivement acheminés par voie maritime à La Seyne-sur-Mer, où ils seront traités par une usine de revalorisation", explique Christophe Hirsinger, le directeur du chantier. L’opération se terminera fin juin 2017.

Avant septembre 2017
À cette date, le dragage des sédiments "propres" sera achevé. La semaine prochaine, va débuter la récupération de ces matériaux neutres, posés au fond de la mer, sur la zone de l’extension. Ces quelque 500.000 m3 de sédiments seront ensuite immergés par 100 ou 200 mètres de profondeur, dans les eaux monégasques, au large, à 4 kilomètres de la Principauté. "Nous avons besoin d’aller jusqu’aux rochers pour démarrer la construction de l’extension en mer", explique Christophe Hirsinger.

À partir de septembre 2017
Quand le fond de la mer sera "nettoyé" sur l’emprise de l’infrastructure, le remblai provenant du Var et des Bouches-du-Rhône pourra débuter. L’opération devrait débuter à la mi-septembre 2017 et durer huit mois. En tout, 2,4 millions de tonnes de granulats seront acheminées par voie maritime jusqu’à l’anse du Portier. Ce remblai jouera le rôle de fondations sur lesquelles sera posée la structure. C’est également en septembre prochain que l’actuel émissaire chargé d’évacuer les effluents pluviaux sera déposé. En ce moment, Bouygues Travaux public fabrique un autre émissaire qui viendra le remplacer.
Il sera installé au Larvotto. Cette "chambre du Larvotto" a une longueur de 300 mètres et un diamètre intérieur de 2,50 mètres.

Octobre 2017
Coup d’envoi de la construction des 18 caissons à Marseille. Il s’agit de 18 trapèzes gigantesques: 40 m sur la base, 30 m au sommet, 26 m de haut. Ces blocs constitueront la ceinture de l’extension en mer.

Mars 2019
Les 18 caissons seront terminés. Ils pourront alors être coulés pour former la ceinture.

Novembre 2020
Date de livraison de la plateforme en mer. Dès lors, la construction des bâtiments pourra débuter. Un chantier qui se déroulera désormais… sur la terre ferme.

Photo Marc Mehran

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.