“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On fait le point sur la circulation aux heures de pointe dans les rues de Monaco

Mis à jour le 08/08/2018 à 18:22 Publié le 08/08/2018 à 18:30
Avec l’afflux de visiteurs qui ne connaissent pas Monaco, au moindre incident de circulation, c’est les bouchons.

On fait le point sur la circulation aux heures de pointe dans les rues de Monaco

Loin d’être libérées des afflux massifs, les routes de Monaco sont prises d’assaut par les touristes, mais pas aux heures habituelles. L’occasion de faire le point sur la circulation.

Dernière semaine de juillet, première semaine d’août. L’entrée dans Monaco le matin est un enfer. Une heure et demie pour faire Nice-Monaco aux alentours de onze heures.

Il semble loin le temps où l’été était une période de trêve sur la route et où on pouvait venir travailler en toute quiétude.

Alors quelle est la raison de tout ce trafic? C’est très simple! Il s’agit d’une période bâtarde: "Ce n’est pas complètement le mois d’août: Il y a encore beaucoup de pendulaires qui travaillent, il y a donc une première pointe qui dure jusqu’à 9h30, et à partir de 11 h il y a la pointe touristique, qui dure jusqu’à 14 h", explique Stéphane Porcu responsable du Centre intégré de gestion de la mobilité de Monaco (CIGM).

À présent, les aoûtiens sont tous partis en vacances, il ne reste que l’heure de pointe des touristes à la mi journée. Un phénomène aggravé par la fermeture de l’avenue de Fontvieille pour les travaux de l’îlot Pasteur.

Vive la technologie

Mais tout cela reste relativement contenu au regard de l’affluence: "En Juillet, la Principauté a accueilli jusqu’à 120.000 véhicules, soit l’équivalent d’une ville de 100.000 habitants", explique Stéphane Porcu.

C’est le travail du CIGM de fluidifier tout cela, par exemple en faisant faire des détours aux automobilistes.

Et pour les aider, ils ont été dotés de nouveaux équipements: de nouveaux panneaux à messages variables, qui redirigent les usagers, et un feu intelligent qui fonctionne avec des caméras thermiques pour détecter les piétons, et signaler le temps d’attente.

Une technologie salvatrice sans laquelle circuler relèverait véritablement de l’enfer.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.