"On doit jouer le jeu": les forains de la Foire Attractions de Monaco s'adaptent face à la hausse des prix de l’énergie

L’électricité, les matières premières, l’essence et même le bois… Pour contrer l’inflation, la Foire Attractions s’adapte. La nouveauté cette année: pas d’allumage des lumières avant 16h30.

Article réservé aux abonnés
Yannis Dakik Publié le 22/10/2022 à 11:31, mis à jour le 22/10/2022 à 11:31
Pour limiter la consommation énergétique, les lumières des attractions devront être allumées à partir de 16h30. Photos Dylan Meiffret

Le monde de la fête foraine n’y échappe pas. La sobriété énergétique, nouveau terme à la mode de cette rentrée 2022, doit également s’appliquer à la Foire Attractions. Fraîchement ouverte depuis vendredi, il y avait un petit détail qui n’a peut-être pas échappé aux visiteurs de la première heure. Non, ce n’est pas une nouvelle attraction qui va vous donner le tournis, ni un nouveau stand de nourriture mais bien l’absence de lumière.

Car c’est la nouveauté cette année: extinction des feux jusqu’à 16h30. Autrement dit, il ne sera possible d’allumer les lumières des différents manèges qu’à partir de l’heure du goûter. C’est là-dessus que se sont entendus le maire de Monaco, les conseillers et la foire. "La foire, c’est de la luminosité pour égayer, pour donner un coup d’œil, reconnaît Robert Dumont, président des forains. Notre but, c’est d’allumer tout de suite pour que la clientèle voit que c’est ouvert." Mais le gérant sait qu’il n’a pas le choix. Il se pliera aux règles. "On est tellement habitués à allumer nos établissements, c’est dans nos coutumes. Mais on joue le jeu et on doit jouer le jeu."

Pas d’augmentation du prix des manèges

Seulement voilà, le simple fait d’éteindre plus de 5 heures de lumière par jour fait certes baisser le montant de la facture mais ne suffit pas. Malgré tout, face à l’inflation, les forains ont décidé de ne pas revoir leurs prix à la hausse. "On n’a pas voulu les augmenter parce que tout augmente pour les gens, explique Stéphane qui tient des machines à pinces. Nous qui travaillons avec la classe populaire, on ne peut pas se le permettre. On veut que les gens viennent faire la fête." Quitte à faire quelques sacrifices. " Ce seront des bénéfices en moins mais on est tellement heureux de faire cette foire que ça compense tout", ajoute Robert Dumont.

 

Le tout sur fond de crise des carburants

Pour ne rien arranger les choses, la difficulté d’approvisionnement en carburant n’a pas fait les affaires des forains. Car si certains viennent de la région, d’autres doivent faire des centaines de kilomètres de route. "C’était très chaud, racontent Marc et Vincent venus spécialement de Biarritz. Ils gèrent tous les deux les indétrônables autotamponneuses. On a dû remplir des bidons. Et pourtant on a anticipé quand on a vu qu’il commençait à y avoir une pénurie. On partait dans la nuit pour remplir quelques bidons. Deux jours après, ce n’était plus autorisé. On a fait le système D comme tous les Français."

Bien que la situation s’arrange de jour en jour, Stéphane, craint lui aussi la problématique de l’essence mais pour d’autres raisons. "Le problème se pose aussi pour les clients. J’ai peur que ceux qui sont un peu loin, ceux qui prennent leurs voitures pour venir, hésitent à garder leur essence pour aller travailler." Car la fréquentation va être un enjeu important pour contrer la hausse des prix.

Comme la plupart des forains, Stéphane n’a pas augmenté ses prix et ce malgré une facture qui, elle, est en hausse. Photo Dylan Meiffret.

La socca plus chère

Lui n’a pas vraiment de soucis avec l’électricité. Il cuit sa socca au feu de bois. Pourtant, il a dû augmenter son prix. "L’huile d’olive, la farine de pois chiche, le bois… Tout a pris facilement 50% d’augmentation, déplore ce forain. On a tenu jusqu’à juillet mais depuis la rentrée on a dû passer de 3 à 3,50 euros pour essayer d’amortir les frais."

Et malgré cette augmentation, il reste vigilant. "Il y a certains endroits comme des petites fêtes, des marchés où ce n’est plus rentable d’aller. Ou alors il faudra mettre un prix encore plus cher…"

C’était le jour d’ouverture de la Foire Attractions hier. Photo Dylan Meiffret.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.