“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On a volé au-dessus du Larvotto

Mis à jour le 13/08/2016 à 05:02 Publié le 13/08/2016 à 05:02
Cela a l'air plutôt simple vu comme ça, mais il faut quand même se préparer à quelques - bonnes - gamelles dans l'eau. Rassurez-vous, c'est plus facile que ce que ça en a l'air. Pour ceux qui maîtrisent davantage l'art de la glisse : l'hoverboard, à gauche.

Cela a l'air plutôt simple vu comme ça, mais il faut quand même se préparer à quelques - bonnes - gamelles dans l'eau. Rassurez-vous, c'est plus facile que ce que ça en a l'air. Pour ceux qui maîtrisent davantage l'art de la glisse : l'hoverboard, à gauche. Jean-François Ottonello

On a volé au-dessus du Larvotto

Et on a réalisé un vieux rêve de l'homme. S'élever au-dessus de la mer, en dehors de la carlingue d'un avion ou d'un hélicoptère… et sans parachute. Grâce au flyboard. Découverte

L'histoire démarre loin d'ici. Dans un labyrinthe de Crète. Un certain Dédale se retrouve enfermé dans le piège qu'il a créé. Son fils Icare est avec lui. Bloqué, il trouve un moyen de s'enfuir, en fixant, avec de la cire, des plumes à son dos et à celui de son rejeton. La suite fait partie de la mythologie grecque : Icare bat des bras, vole, s'approche trop près du soleil, la cire fond, il tombe et se tue. Le conte dit quand même des choses sur un vieux rêve. Depuis l'Antiquité, l'homme veut voler. Alors, il a pensé l'avion, le parachute, l'hélicoptère, les combinaisons de wingsuit… et le flyboard. Oui, le flyboard. Deux grosses chaussures qu'on enfile, fixées sur une petite planche, un gros tuyau relié à la turbine d'un scooter des mers qui permet de propulser l'appareil… et on vole. Au-dessus de l'eau.

On a testé - et aimé - du côté du Larvotto, chez Skivol. Comptez 100 euros la demi-heure.

Le vol et la chute

Tout démarre sur un ponton écrasé par le soleil. On nous explique quelques-unes des règles à respecter sur le positionnement des pieds, du bassin ou du regard…Et un étrange sentiment apparaît. Tout semble à la fois très compliqué, et à la fois très simple. Trop simple. Comme s'il y avait un piège quelque part. Sauf qu'il n'y en a pas. D'accord, une fois dans l'eau, il faut bien suivre les conseils sous peine de rester bloquer dans la Grande Bleue. Mais une fois que le placement du regard, des pieds, des jambes sont maîtrisés… Ça vole. Il faut quand même préciser que tout ça n'est pas possible sans la grande patience, la grande pédagogie, de Jérémy, le moniteur.

Car au début, on se fait balancer de gauche à droite, d'avant en arrière, sans vraiment se lever de l'eau. Et puis après les conseils, après les corrections, on arrive à sortir de la mer.

D'abord, on vole au ras des pâquerettes. Et puis au fil des minutes, on s'élève. De plus en plus haut. De plus en plus longtemps. On fixe son regard sur le cap Martin. Ou sur les touristes qui se tiennent juste devant le Grimaldi Forum et nous regardent. C'est assez magique. Même si cela se termine souvent par un gros plongeon dans l'eau. Parfois à plat. Parfois un peu brusquement.

Pas grave. Tomber fait partie du jeu. Et venir percuter la mer claire après avoir volé au-dessus devient un plaisir qui nous accroche un petit sourire sur le visage.

Accessible

Tout cela est plutôt accessible. Physiquement et techniquement. Autre activité parmi beaucoup d'autres proposées par Skivol, l'hoverboard, lui, se manie moins bien sans de bonnes bases en skate ou en snowboard. Cette planche de glisse permet d'évoluer au-dessus de l'eau, sur le même principe que le flyboard. Mais ça, on verra pour plus tard. Après d'autres séances. Et surtout après quelques sessions de vol au-dessus du Larvotto. Histoire de ne pas se brûler les ailes. Et de ne pas finir comme Icare.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct