“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

80 personnes ont nettoyé les plages mentonnaises ce dimanche avant de s'attaquer...

Menton met en vente cette villa emblématique du bord de mer

La gare de Beaulieu avant sa constitution en commune en 1891.

Beaulieu se souvient...

Au plus fort de la fréquentation touristique, cet été place du Casino, la modification des axes de circulation avait créé quelques remous.

Piétonnisation de la place du Casino : c'est fini !

Christophe Viret aux côtés du maire, André Ipert et de la conseillère régionale, Laurence Boetti-Forestier.

Le directeur du parc du Mercantour en visite à Breil

On a visité le Jardin japonais, un authentique havre de paix et de zénitude en plein cœur de Monaco

Mis à jour le 03/08/2018 à 08:14 Publié le 03/08/2018 à 09:00
Les premiers Jardins japonais ont été édifiés pour que les esprits divins puissent s’y reposer.

Les premiers Jardins japonais ont été édifiés pour que les esprits divins puissent s’y reposer. Photo Cyril Dodergny

On a visité le Jardin japonais, un authentique havre de paix et de zénitude en plein cœur de Monaco

Véritable tableau grandeur nature, cet espace de 7.000 m² au cœur de la Principauté a été construit selon les règles de l’art et allie à merveille le symbolisme et l’harmonie

La quiétude du lieu nous ferait presque oublier que nous sommes à Monaco. Le grand portail franchi, tout devient silencieux et paisible.

Aménagé au cœur de la Principauté selon la volonté du prince Rainier-III dans les années quatre-vingt-dix en hommage à la princesse Grace, cet espace est conçu dans le respect le plus pur de la tradition et de la pensée zen.

Plusieurs architectes-paysagistes ont d’ailleurs été castés pour atteindre ce niveau de perfection et d’authenticité.

Authenticité

Finalement, ce sera Yasubo Beppu, Grand Prix de l’Exposition Florale d’Osaka 90, qui sera choisi pour réaliser ce lieu, que l’on peut aisément qualifier d’œuvre d’art, tant tout a été minutieusement réfléchi.

Chaque année, en octobre, il vient former les jardiniers qui entretiennent quotidiennement le jardin. Une sorte de tradition qui se perpétue.

Pour permettre une meilleure appréciation du lieu, à l’occasion des Monaco Green Days 2018, Georges Restellini, chef de la section jardin, nous en fait la visite gratuitement.

Alors que nous traversons le grand portail, le responsable des jardins de la Principauté indique que "beaucoup de matériaux viennent directement du Japon. Comme le bois par exemple, qui a été assemblé en terre nippone pour la construction du portail, de la terrasse couverte ou encore de la maison de thé." Nous apprenons que les haies de bambous, les tuiles (île d’Awaji) et les lanternes de pierre sont également d’origine japonaise.

A contrario, pour les différentes pierres, arbres et plantes notamment, les jardiniers nippons sont allés dans diverses régions françaises afin de choisir les éléments parfaits pour l’édification du jardin.

"Ce n’est pas un jardin botanique"

Le plus grand soin est apporté à la disposition et à l’orientation de chaque pièce. "Contrairement à nous les Européens, qui concevons un jardin un peu au fur et à mesure et de manière assez binaire et symétrique, les Japonais quant à eux font attention à chaque détail.

Chaque élément doit être à sa place et il y a des raisons à cela. Ce n’est pas un jardin botanique, c’est bien plus que ça", explique Georges Restellini, avant d’ajouter que "seuls les arbres et les plantes diffèrent des vrais jardins japonais à cause du climat notamment."

Mais cela n’empêche pas les touristes japonais de complimenter l’espace, tant il ressemble à ceux qu’ils ont l’habitude de voir chez eux.

Le symbolisme

Il aura fallu près de dix-sept mois pour que le jardin prenne vie. Tout ou presque dans ce lieu est symbolique. Vous retrouvez le plan d’eau et ses carpes koi qui attirent petits et grands.

Il symbolise la purification et la pureté. Les pas japonais sont également présents.

Ils sont placés de façon à moduler la marche. Si les pierres sont très rapprochées, elles incitent au ralentissement et lorsqu’elles sont éloignées, au contraire à avancer plus librement.

Vous avez également le traditionnel pont rouge, la seule pièce colorée de l’espace.

"Dans ce jardin, il faut se promener, il y a tellement de choses à voir", termine le responsable des jardins.

Et dans plusieurs mois, l’espace connaîtra quelques transformations. Il sera par ailleurs élargi et se prolongera au cœur d’un jardin méditerranéen d’un hectare.

L’aventure artistique n’en sera que plus savoureuse.


La suite du direct