“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Oh mon bateau (Eric Morena) Étrange été (Alain Bashung)

Mis à jour le 29/09/2018 à 05:05 Publié le 29/09/2018 à 05:05
Monaco-matin, source d'infos de qualité

Oh mon bateau (Eric Morena) Étrange été (Alain Bashung)

Quiconque s'intéresse un minimum à l'histoire locale sait combien les Mentonnais d'autrefois se départageaient en deux branches principales de métier : l'agriculture, d'un côté (notamment du citron).

Quiconque s'intéresse un minimum à l'histoire locale sait combien les Mentonnais d'autrefois se départageaient en deux branches principales de métier : l'agriculture, d'un côté (notamment du citron). Les activités maritimes, de l'autre.

En témoignent les deux statues qui figurent sur la façade de la chapelle des Pénitents blancs : Saint-Elme pour les marins, Saint-Pierre pour les pêcheurs.

Au regard de ce passé, il n'est pas étonnant de remarquer de nombreuses références au milieu maritime dans la ville. À commencer par des bateaux, bien sûr. À l'exemple de celui que seuls les observateurs prêts à se dévisser le cou remarqueront, à l'angle des rues Pratto et Faure (photo ci-dessus). Ou comme cette fresque, visiblement restaurée tout récemment dans le Fossan. Les iris sauvages et les petites criques comme invitation au voyage.

Pour ceux qui seraient trop myopes pour distinguer de tels détails, il reste bien sûr la possibilité de se rendre au Bastion. Pour y découvrir, installé de manière ostentatoire, un beau bateau pirate. Destiné aux enfants - en principe.

Au milieu des détails cachés, on compte aussi des bizarreries. À l'instar de l'obélisque au milieu du jardin des Colombières - sur les hauteurs de Garavan. C'est l'atypique dessinateur, illustrateur, caricaturiste et écrivain Ferdinand Bac qui en est à l'origine. L'espace qu'il a conçu entre 1920 et 1928 ayant la particularité de juxtaposer des éléments architecturaux de diverses époques et influence, parmi lesquelles l'Égypte ancienne.

Dans la vieille ville, par ailleurs, une roche travestie en singe ne manquera pas d'amuser le fin observateur.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.