Noyades: nos conseils pour profiter de l'eau en toute sécurité

Alors que depuis le début de la saison estivale, 24 hospitalisations pour noyade ont déjà été enregistrées dans les Alpes-Maritimes, profiter de l'eau en toute sécurité est pourtant possible. Voici quelques conseils.

Gaëlle Belda Publié le 09/08/2022 à 19:10, mis à jour le 09/08/2022 à 19:15
Chaque année, selon la SNSM, près de 1.500 enfants sont égarés sur les plages françaises. Photo d’illustration Philippe Arnassan

Ne laissez pas les enfants seuls. Jamais. Ayez toujours un œil sur eux. Le conseil de bon sens des pompiers du Var tient en une phrase.

"Pour les enfants, la consigne est de ne pas se partager la surveillance : un seul parent surveille." Afin d’éviter de croire que l’autre est attentif et qu’on peut tourner les yeux, au risque de ne plus surveiller du tout. "Et une surveillance active, complète le pompier, pas une surveillance sur le portable."

Faire prendre quelques leçons de natation à votre enfant est une sécurité supplémentaire. D’autant plus après la crise sanitaire qui a privé pas mal d’écoliers et de collégiens de cours de natation. C’est le constat de la SNSM. Les plus jeunes ont moins de technique et plus de difficulté avec la nage.

Gare aux piqûres

Peur des méduses? Vous avez raison. Elles aussi ont peur de vous. Des plages sont équipées de filets. C’est variable d’une année sur l’autre. Vives, méduses ou oursins, peu importe, les douleurs des piqûres peuvent être importantes même si elles sont rarement dangereuses. Si vous êtes en train de nager, cela peut s’avérer perturbant et risqué. Et provoquer une certaine panique. Avant de plonger, renseignez-vous sur leur présence ou non auprès des postes de secours.

 

Si vous vous faites piquer, restez calme, sortez de l’eau et rejoignez le poste de secours le plus proche afin que les sauveteurs vous prodiguent les soins.

S’il n’y a pas de poste de secours, il faut faire tremper son pied dans de l’eau chaude pour une piqûre de vives, et rincer à l’eau de mer (jamais de l’eau douce) pour une piqûre de méduses. Pensez à bien désinfecter la peau. Si les symptômes persistent ou si la plaie s’infecte, consultez rapidement un médecin.

Vigilance accrue autour des sports nautiques

Première chose concernant les sports nautiques, tout matériel doit être vérifié avant de prendre la mer. Le port du gilet de sauvetage est obligatoire. Les sauveteurs en mer conseillent le port d’une combinaison isothermique, équipée d’un moyen de repérage lumineux.

L’équipement doit également être marqué : nom et numéro de téléphone. Si la planche de kitesurf dérive ou s’échoue, il sera plus rapide de savoir s’il faut lancer des recherches ou pas.

Ensuite, ne pas pratiquer "solo", c’est mieux. Partir avec des amis est bien plus sûr. Vous pourrez vous prêter main-forte en cas de danger ou de problème. Si vos proches ne sont pas en mer avec vous, prévenez-les. Dites leur où vous allez, à quelle heure et combien de temps. En cas de retard inquiétant, ils pourront appeler les secours.

La technologie DIAL en renfort

Et si vous vous faisiez aider par la technologie ? Il est nécessaire de s’équiper d’un moyen de localisation et d’alerte afin d’être repérable rapidement par les secours. On recommande le DIAL, un bracelet de localisation et d’alerte. Il est de couleur orange et permet aux pratiquants d’être localisés en temps réel et d’alerter leurs proches et/ou les secours.

En donnant la localisation exacte du porteur du bracelet en cas de danger, ce dispositif réduit très significativement les délais d’intervention.

DIAL fonctionne à portée des réseaux téléphoniques et peut donc être également utilisé pour sécuriser toutes les sorties, même en plein air (randonnée, montagne, etc.). Pourquoi ne pas équiper les nageurs invétérés ?

Équipements spéciaux

Enfin, pour chaque activité (planche à voile, kitesurf, jet ski, plongée sous-marine, pêche sous-marine), des règles et des compétences spécifiques existent. C’est l’été, il fait beau, on a envie de croquer la vie à pleines dents: attention, ces disciplines nécessitent un certain nombre de connaissances et beaucoup de vigilance. 

Si vous pratiquez le kitesurf, il est fortement conseillé de respecter des règles, comme l’inscription de votre numéro de téléphone et de votre nom sur la planche. Photo d’illustration Luc Boutria.

Règles et équipements spéciaux

Nager en étant reposé et détendu. C’est la règle absolue. Le stress n’entraîne rien de bon. Des équipements peuvent vous rassurer. Pourquoi ne pas les tester ?

La ceinture avec bouée gonflable

Elle se porte autour de la taille et se déploie en tirant sur le déclencheur. Elle peut avoir une flottabilité de 70 newton et se replie en quelques secondes.

Bouée de sauvetage gonflable

Même principe que la ceinture. C’est une petite pochette en forme de boudin que l’on fixe sur soi et que l’on déploie en cas de danger.

Le bracelet anti-noyade

 Il se fixe au bras. Un coussin d’air se déploie et facilite la flottaison. Certains sont équipés d’une balise GPS.

Le gilet de natation (adulte, enfant)

Il n’empêche pas les mouvements et la nage. Il est différent de celui que l’on emporte en bateau, par exemple. La SNSM tempère : attention au choix que l’on fait, il ne faut pas non plus que le gilet gêne la nage et fatigue.

Sortir de l’eau ? Pas si simple à Nice!

A Nice, après s’être dépensé en nageant, arrive le piège de la remontée. Entre la profondeur, le courant, les vagues et les galets, sortir de l’eau nécessite de déployer un peu d’énergie. Pensez à vous économiser de manière à assurer cet effort final.

Pour la petite histoire, les plages niçoises ont un jour été équipées de piquets et de cordes. Une corde-rampe d’une dizaine de mètres est restée en place jusque dans les années 50, notamment à la Tour-Rouge, à Opéra, Ruhl Plage.

En 2019, le débat autour de la réinstallation du dispositif a fait couler de l’encre. Mais aucune trace des jolies cordes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.