Rubriques




Se connecter à

"Nous n’allons pas être mangés": deux communes rejoignent la Métropole de Nice

Le préfet des Alpes-Maritimes a validé mercredi 8 décembre les adhésions de Drap et Châteauneuf-Villevieille à la métropole Nice Côte d'Azur. Elles ont été célébrées ce lundi.

A. L. Publié le 04/01/2022 à 09:00, mis à jour le 04/01/2022 à 10:21
Le mariage de Drap et de Châteauneuf-Villevieille avec la Métropole a eu lieu lundi. Photo Eric Ottino

Les drapeaux de la Métropole flottent au vent et ses bus trônent comme de puissants ambassadeurs, quand toute la troupe d’officiels arrive. "Merci de nous accueillir chez vous", lance Christian Estrosi. "On vous accueille comme vous nous avez accueillis, Monsieur le président", lui répond Robert Nardelli.

C’est donc là, place Clemenceau à Drap, devant le futur hôtel de ville que le maire de cette commune, mais aussi celui de Châteauneuf-Villevieille, ont symboliquement prêté allégeance à la Métropole, lundi matin.

Deux jours après avoir officiellement divorcé de la communauté de communes du Pays des Paillons (CCPP) pour leur nouvelle communauté de communes.

Devant une foule – plus nourrie d’élus et de conseillers en tout genre que d’habitants –, Robert Nardelli et Edmond Mari ont tenu la même ligne. D’abord remercier leur nouveau patron et saluer le chemin parcouru depuis avril dernier, quand leur décision a été prise de quitter la CCPP, en crise politique depuis des mois et avec qui le divorce est loin d’être à l’amiable.

 

"Quel exploit, et quel travail accompli, a salué le maire de Drap. Cette épopée a été semée d’embûches. Jusqu’à la dernière minute, nous avons été sur des charbons ardents, avec la crèche (lire par ailleurs). Mais nous ferons partie intégrante de la famille de la Métropole. Cela nous assure pleinement notre avenir".

Deux bus ont été mis en service

Deuxième objectif: rassurer. Convaincre. Expliquer que ces décisions ont été prises "pour le bien des populations". Robert Nardelli et Edmond Mari – ce dernier a été président de la CCPP avant de vouloir la quitter – ont fait valoir la charte de la Métropole, qui se veut "respectueuse de l’identité communale" et donne à chaque maire une voix égale. "Nous n’allons pas être mangés par la méchante Métropole, a explicité le maire de Drap. Au contraire, nous allons défendre des projets d’envergure".

Concrètement? Aménagement, économie, habitat, climat, risques naturels, ou encore transport et pouvoir d’achat, arguent-ils.

Deux bus, l’un jusqu’à la Condamine et l’autre pour desservir Châteauneuf-Villevieille sont en marche, depuis hier. "Nous étions sevrés de transports, aujourd’hui, ils existent", défend Edmond Mari. S’ajoute la promesse de l’arrivée du tram à Drap "d’ici 2028 au plus tard".

"Nous ne faisons pas d’hégémonie"

Pour Christian Estrosi, voilà une nouvelle preuve de la force d’attraction de la communauté de communes qu’il a lancée en 2012. "Vous entrez dans un territoire de solidarité et de respect. Je ne vous ai pas sollicité, nous ne faisons pas d’hégémonie. Le sens de l’histoire, c’est que nous écrivions celle de Drap et Châteauneuf-Villevieille ensemble."

 

Une page se tourne, promet le président de la Métropole, galvanisé par la force de frappe dont il a fait preuve pour reconstruire les territoires touchés par la tempête Alex. "Quand j’étais jeune député, la vallée du Paillon, la vallée rouge, ne bénéficiait pas d’un respect des grandes institutions."

Dans le public, un petit groupe fait la moue. "Ça nous est tombé dessus comme ça, répond André. On a un peu été mis dos au mur, il n’y a pas eu de concertation. On entre dans une structure énorme, il faut attendre au moins une année pour faire le bilan de ce qui a été positif…"

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.