“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Nice : vive émotion après le double drame

Mis à jour le 04/01/2016 à 05:10 Publié le 04/01/2016 à 05:10
C'est du premier étage de l'immeuble à droite qu'un octogénaire s'est jeté. Quelques minutes plus tard,  à peine, un jeune homme en faisait de même rue Ribotti, en face, à cent mètres de là.

C'est du premier étage de l'immeuble à droite qu'un octogénaire s'est jeté. Quelques minutes plus tard, à peine, un jeune homme en faisait de même rue Ribotti, en face, à cent mètres de là. G. L.

Nice : vive émotion après le double drame

C'est l'histoire d'un double mal être.

C'est l'histoire d'un double mal être. Celui d'un octogénaire, et d'un jeune homme d'une vingtaine d'années. Dans un terrible et glaçant concours de circonstances, tous deux ont décidé d'en terminer avec la vie, en se suicidant (lire nos éditions d'hier). Et ce, à quelques minutes près, selon le même mode opératoire, et à quelques mètres l'un de l'autre, en ce samedi soir froid et gris de janvier.

Tout un quartier bouleversé

Le plus âgé s'est jeté du premier étage de son immeuble situé à l'angle des rues Ribotti et Barberis, vers 19 heures. Il s'est tué.

Le second, le plus jeune, en a fait de même à une centaine de mètres de là, rue Ribotti, depuis le troisième étage, quelques minutes plus tard. Dans un état grave, il a été pris en charge par les sapeurs-pompiers.

C'est aussi l'histoire d'une émotion considérable. Cet incroyable fait divers, relaté hier dans nos colonnes a en effet bouleversé tout un quartier. « Nos clients en parlent beaucoup. On ne les connaissait pas, mais ça interpelle », commentait hier la patronne du bar-tabac Le Beaumont, situé à quelques rues de là. « C'est d'une tristesse incroyable », souffle une riveraine.

Selon des sources policières, ces deux suicides n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Ce que semblent confirmer l'ensemble des témoins rencontrés hier dans les deux immeubles.

C'est l'histoire de deux douleurs, qui ont décidé d'en finir au même moment. Pour quelles raisons ? Elles appartiennent au domaine de l'intime.

Mais ces drames ont déclenché, sans conteste, une compassion immense dans un quartier où la solidarité n'est pas un vain mot.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct