“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Neuf migrants dans un local municipal de Beausoleil

Mis à jour le 21/05/2016 à 05:13 Publié le 21/05/2016 à 05:13
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Neuf migrants dans un local municipal de Beausoleil

Les individus ont été découverts par hasard ce lundi. La mairie a déposé plainte et entamé une procédure de licenciement contre l'homme qui leur aurait fourni la clé de cette petite pièce

Ils sont neuf dans moins de dix mètres carrés. Tous dorment entassés dans un local technique de la mairie de Beausoleil. La scène se déroule lundi, au petit matin, dans une pièce où est entreposé du matériel.

Des employés de la Ville viennent de découvrir, par hasard, les neuf personnes dans ce local d'une ruelle en escalier du quartier des Moneghetti. Ce serait des migrants, de nationalité comorienne, selon Gérard Spinelli, le maire de Beausoleil.

« Conditions dégradantes »

Ce jour-là, vers 6 heures du matin, tout démarre avec un problème de clés. Un employé municipal n'arrive pas à ouvrir le local. Un obstacle bloque la porte. Il finit par réussir à l'entrebâiller.

Son regard accroche les individus endormis, les matelas posés à même le sol. Un autre employé de la mairie force la porte. Une conversation s'engage.

Les personnes qui dormaient dans la pièce indiquent que c'est un technicien de surface, employé par la mairie, qui leur en a fourni les clés. La déclaration a du sens : le ressortissant comorien de 49 ans mis en cause détient bien la clé des locaux, retrouvée d'ailleurs sur place.

Il concède qu'il a remis les clés aux individus qui se trouvaient dans le local. Histoire qu'ils puissent y dormir. L'homme soutient toutefois que les neuf personnes font partie de sa famille, qu'il les logerait bien à son domicile mais qu'il n'a pas de place.

« On accueille des migrants, on mène un combat, commente Gérard Spinelli. Ce genre d'actions nous met en porte-à-faux avec la population. » La mairie de Beausoleil a déposé plainte et engagé une procédure de licenciement contre l'homme mis en cause.

Et justement, dans un autre dossier impliquant des migrants, il est question d'un individu portant le même nom que lui, du même âge et de même nationalité. Selon la presse italienne, un homonyme a été interpellé cette semaine entre Vintimille et la frontière française. Au moment de son arrestation, l'homme roulait dans une Peugeot 607 aux plaques françaises. Il n'est pas seul : « une jeune femme comorienne » se tient « accroupie » entre les sièges avant et arrière, toujours selon un journal italien. Trois autres ressortissants comoriens se trouvent dans le coffre. Toujours selon nos confrères, des faits d'« aide à l'immigration clandestine » et les « conditions dégradantes et inhumaines » dans lesquelles il transportait les migrants pourraient être reprochés à l'homme de 49 ans.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.