“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Nettoyage d'automne aux Roches Saint-Nicolas

Mis à jour le 22/10/2016 à 05:21 Publié le 22/10/2016 à 05:21
Des bénévoles plongent dans les eaux de Fontvieille, depuis lundi et jusqu'à aujourd'hui, pour contribuer à l'opération propreté  des Roches Saint-Nicolas.

Des bénévoles plongent dans les eaux de Fontvieille, depuis lundi et jusqu'à aujourd'hui, pour contribuer à l'opération propreté des Roches Saint-Nicolas. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Nettoyage d'automne aux Roches Saint-Nicolas

Fils de pêche, skate, pneus… Voilà ce que, depuis lundi, bénévoles et professionnels ont trouvé dans les eaux de Fontvieille à l'occasion de l'opération propreté de ces Roches au riche biotope

De grosses bobines de fils s'amoncellent sur la digue de Fontvieille. Il y a aussi un skate et une chaise, rongés par l'eau de mer. À côté, une bonne partie d'une benne est remplie de pneus, de morceaux d'échafaudages… Il y a peu, tout ça était sous l'eau, du côté des Roches Saint-Nicolas, à la sortie du port de Fontvieille. Depuis lundi et jusqu'à aujourd'hui, la Direction de l'Environnement organise un nettoyage de l'endroit.

« Enchevêtrement de fils »

Une grande opération, menée notamment avec des plongeurs bénévoles d'institutions (Carabiniers du Prince, pompiers, Division de police maritime et aéroportuaire, Affaires maritimes, Centre scientifique de Monaco, Musée océanographique) ou d'associations - École Bleue, Club d'exploration sous-marine de Monaco, Association monégasque pour la protection de la nature. « On essaye de regrouper les bonnes volontés de gens qui ont un lien avec la mer », résume Valérie Davenet, la directrice de la direction de l'Environnement, sur place hier.

Sous l'eau, ils s'occupent nonotamment de remonter les fils de pêches abandonnés là. Une société, Prodive, s'occupe des gros déchets : morceaux d'échafaudages, pneus…

Plusieurs éléments ont amené tous ces objets dans l'eau. Parfois, l'incivisme, avec les batteries ou les cannes à pêche jetées en mer. L'inattention, comme avec certains fils de pêche. Les coups de mer, qui peuvent projeter les échafaudages dans l'eau. Alors, il faut faire passer des messages : pêcher dans « un esprit de préservation de l'environnement », mettre les fils de pêche dans un sac plutôt que dans l'eau, regarder du côté des fils de pêche biodégradables…

De la prévention, pour ne pas en arriver à « un enchevêtrement de fils, comme un écheveau », qu'a vu Jacqueline Gautier-Debernardi, la directrice de l'Association monégasque pour la protection de la nature (AMPN) quand elle a plongé. « Vraiment une toile d'araignée », appuie Stéphanie Reynaud, chargée de recherche au Centre scientifique de Monaco et présidente de l'AMPN. Et puis le travail est « assez physique » : il faut couper les fils, les enlever « délicatement » et puis tout remonter. Parfois par 35 mètres de fond. D'autant que les Roches Saint-Nicolas présentent une belle biodiversité. L'endroit « sert de nurserie à toutes espèces de poissons », explique Olivier Dufourneaud, directeur de la politique des océans à l'Institut océanographique, qui a lui aussi plongé. Il s'est d'ailleurs retrouvé « face à un beau mérou », une espèce protégée par les autorités. Et, ici aux Roches Saint-Nicolas, aussi par l'opération de nettoyage.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.