Rubriques




Se connecter à

Nathalie Stutzmann : et maintenant elle chante !

Après avoir magnifiquement dirigé Tannhauser la semaine dernière, Nathalie Stutzmann retrouve demain soir son rôle de chanteuse

A.P. Publié le 03/03/2017 à 05:05, mis à jour le 03/03/2017 à 05:05
Nathalie Stutzmann, wagnérienne de l'année à Monaco.
Nathalie Stutzmann, wagnérienne de l'année à Monaco. Simon Fowler / OPMC

Nathalie Stutzmann est la femme de l'année à l'Opéra de Monte-Carlo. Durant deux semaines, elle a suscité l'admiration du public en dirigeant l'opéra de Wagner Tannhauser - elle qui, jusqu'alors, n'était connue, en tant que chef d'orchestre, que dans le répertoire de la musique baroque. Elle a maîtrisé les cordes majestueuses, les fanfares grandioses, les robustes envolées de l'orchestre wagnérien, alors que, jusqu'à présent, elle s'employait à façonner avec minutie les phrasés élégants et les galants ornements de la musique du XVIIIe siècle.

Wagner, encore

 

Samedi, elle retrouvera le rôle dans lequel on la connaissait jusqu'à présent - et dans lequel on l'admirait unanimement : celui de chanteuse. En continuité avec Tannhauser, c'est du Wagner qu'elle chantera. Elle interprétera les Wesendonck lieder qui sont une série de superbes mélodies composées par Wagner sur des poèmes de la femme dont il était tombé amoureux, Mathilde Wesendonck, laquelle - situation scabreuse - n'était autre que la femme de son protecteur et mécène !

Il y a beaucoup de musique et d'amour dans ces pages passionnées. La belle voix de contralto de Nathalie Stutzmann, qui est la voix la plus grave des tessitures féminines, a tout pour nous en révéler la flamme.

Elle sera accompagnée au piano par Inger Södergren. Nathalie Stutzmann sera non seulement la femme mais aussi la wagnérienne de l'année…

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.