“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Namaste : plus d'un million d'euros récoltés pour le Népal

Mis à jour le 15/05/2018 à 05:17 Publié le 15/05/2018 à 05:17
Nancy Dotta, présidente de Namaste, a reçu un don 5 000 euros de l'hôtel Métropole.

Nancy Dotta, présidente de Namaste, a reçu un don 5 000 euros de l'hôtel Métropole. J.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Namaste : plus d'un million d'euros récoltés pour le Népal

Des constructions après le séisme qui a dévasté le Népal le 25 avril 2015, des programmes d'éducation et de formation, des ateliers pour encourager l'indépendance financière des femmes...

Des constructions après le séisme qui a dévasté le Népal le 25 avril 2015, des programmes d'éducation et de formation, des ateliers pour encourager l'indépendance financière des femmes...

Depuis neuf ans, Nancy Dotta, présidente de l'association Namaste, œuvre pour améliorer les conditions de vie des Népalais. C'est plus précisément dans la région de Rigaon, un lieu qui échappe totalement au tourisme, qu'elle a concentré ses efforts et fédéré suffisamment pour annoncer à ses membres un million d'euros de dons récoltés. Et le jour de l'assemblée générale de Namaste, ce furent 5 000 euros de plus pour aider Rigaon, offert par l'hôtel Métropole.

Des deniers que Nancy Dotta s'attache à dépenser le mieux possible. Aussi mesure-t-elle elle-même le bénéfice des investissements réalisés. « Un voyage annuel est indispensable pour se rendre compte des avancements des projets sur place ainsi que cibler les besoins pour pouvoir aider les Népalais au mieux, tout en évitant de les "assister".»

L'association assure le soutien scolaire de 26 élèves. Il s'agit également de suivre le parcours universitaire de jeunes gens dont les frais de scolarité et le logement sont pris en charge par Namaste.

L'association a également pris en charge les études de deux techniciens agricoles chargés de développer la culture du café. L'idée est d'obtenir une production de grande qualité pour espérer l'exportation.

En début d'année, l'atelier d'artisanat a été agrandi. L'objectif est de permettre aux femmes d'être indépendante et de produire des pièces susceptibles de plaire au goût français. Une collaboration est ainsi en cours avec une styliste du Vaucluse, Emma Garcin, qui a débuté sa carrière chez Hermès, pour la réalisation de créations couture en partenariat avec un atelier de tissage de Katmandou, la capitale du pays.

Un géologue pour évaluer les dangers potentiels

Les efforts de Namaste se concentrent aussi sur l'éducation. Une école primaire, dévastée par le séisme d'avril 2015, a été reconstruite une deuxième fois par l'association. Elle sera inaugurée à l'automne prochain, lors d'un trek de deux semaines qui rassemblera vingt-cinq bénévoles dont une pharmacienne, des enseignants, des architectes et un géologue.

Une équipe conduite par l'alpiniste Jean-Marc Nowak, membre du conseil de Namaste, qui donne son temps pour veiller à ce que les bâtiments soient entretenus et que les classes soient bien équipées. Du 25 octobre au 5 novembre, les bénévoles marcheront dans les pas de Nancy Dotta selon différentes missions : l'éducation, l'aide aux femmes, mais aussi l'environnement et la biodiversité.

Et pour la première fois, Jean-Marc Nowak partira prospecter dans la montagne avec un géologue de Grenoble, Romain Le Roux Malhouf. Ils effectueront un état des lieux des failles pour mesurer la dangerosité éventuelle pour les villageois. Ils tenteront également de trouver une source d'eau pour alimenter les villages dont les fontaines sont taries depuis le séisme de 2015.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.