Rubriques




Se connecter à

Monte-Carlo Fighting Trophy : la fièvre monte !

Venu pour remporter la Coupe du prince Albert ainsi que la ceinture des Monte-Carlo Fighting Masters, la star mondiale, le champion du monde ukrainien, Roman Kryklia, vient d'arriver à Monaco accompagné de son team, accueilli par Cécile Gelabale et Claude Pouget.

PIERRE DU TERRAIL Publié le 29/06/2017 à 05:43, mis à jour le 29/06/2017 à 05:43
De gauche à droite, Roman Kryklia, Hrydzin Andrei, Cecile Gelabale et Claude Pouget, lors de l'arrivée de la star ukrainienne à l'aéroport de Nice.	(DR))
De gauche à droite, Roman Kryklia, Hrydzin Andrei, Cecile Gelabale et Claude Pouget, lors de l'arrivée de la star ukrainienne à l'aéroport de Nice. (DR))

Venu pour remporter la Coupe du prince Albert ainsi que la ceinture des Monte-Carlo Fighting Masters, la star mondiale, le champion du monde ukrainien, Roman Kryklia, vient d'arriver à Monaco accompagné de son team, accueilli par Cécile Gelabale et Claude Pouget.

 

Roman Kryklia vendredi à Monaco

Sacré meilleur combattant de l'année 2016, ayant remporté le K1-World Grand Prix, le tournoi Partouche, le titre de champion du monde Kunlun, la Tatneft cup, la terreur planétaire Roman Kryklia, 2 m pour 100 kg, affichant 38 combats pour 34 victoires dont 26 par KO, affrontera vendredi soir au stade Louis II à Monaco, dans le main event du Monte-Carlo Fighting Trophy, le champion du monde et star française Fabrice Aurieng, 1.87 m pour 110 kg, 144 combats pour 129 victoires dont 30 par KO. Du Super lourd en perspective ! Une soirée exceptionnelle, en partenariat avec Peace and Sport, qui comprendra également quatre championnats du monde.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.