“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, un petit tour et puis s'en va

Mis à jour le 25/03/2018 à 05:14 Publié le 25/03/2018 à 05:14
Venue en comité restreint, la Roca Team (avec Gladyr, ci-dessus, pour encadrer les jeunes) a été sortie en quart de finale de la coupe de France par Boulazac.

Venue en comité restreint, la Roca Team (avec Gladyr, ci-dessus, pour encadrer les jeunes) a été sortie en quart de finale de la coupe de France par Boulazac. J-F Ottonello

Monaco, un petit tour et puis s'en va

En débarquant à l'Arena Loire de Trélazé sans son coach principal Zvezdan Mitrovic et avec seulement deux pros (Gladyr et Joseph) dans son effectif, Monaco avait annoncé la couleur.

En débarquant à l'Arena Loire de Trélazé sans son coach principal Zvezdan Mitrovic et avec seulement deux pros (Gladyr et Joseph) dans son effectif, Monaco avait annoncé la couleur. Le club de la Principauté avait choisi de privilégier son quart de finale de Ligue des Champions, mercredi, sur le parquet de Banvit en Turquie. Logiquement, la confrontation face à Boulazac tournait rapidement en faveur des Périgourdins. Le temps pour les hommes de Claude Bergeaud de mettre leur jeu en place. Après 14 minutes sur le terrain, les jeunes pousses monégasques, encadrées par Ali Bouziane habituel entraîneur des espoirs, pointaient déjà à -21 (42-21)…

En panne de solutions collectives, la Roca Team s'en remettait à quelques tentatives individuelles. En vain. A l'inverse, le BBD répétait ses gammes. En bons chefs d'orchestre, Trenton Meacham et Karvel Anderson distribuaient les caviars (16 passes décisives à la pause pour Boulazac contre 7 à Monaco) et offraient une leçon de circulation de balle. Malgré leur déficit de densité physique, les Monégasques infligeaient un 0-11 à leurs adversaires (42-32, 18e minute). Un baroud d'honneur plus qu'une véritable réponse.

Trop de pertes de balle

Au retour des vestiaires, Boulazac reprenait sa marche en avant et stabilisait l'écart autour des 20 points. Profitant des nombreuses pertes de balle azuréennes, l'avant-dernier de Jeep Elite gérait sereinement son avance. L'épilogue était écrit depuis un moment. « Je suis tout de même satisfait car on a fait jouer Boulazac jusqu'au bout, ponctuait Ali Bouziane après la partie. Il faut aussi souligner l'état d'esprit de nos deux pros. Ils n'avaient pas de consigne claire, hormis éviter la blessure. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct