“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco se souvient…

Mis à jour le 03/03/2018 à 05:03 Publié le 03/03/2018 à 05:03
Au terme de la projection au théâtre Princesse Grace, le souverain a rejoint une partie des témoins du film présents sur scène.

Au terme de la projection au théâtre Princesse Grace, le souverain a rejoint une partie des témoins du film présents sur scène. Manuel Vitali/Dir'Com'

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco se souvient…

Le souverain a participé jeudi soir à la projection d'un documentaire retraçant le quotidien de la Principauté pendant le conflit mondial 39-45, et basé sur les témoignages des habitants

Ils étaient à l'époque adolescents. Et racontent comment ils ont traversé le plus grand conflit armé du XXe siècle depuis la Principauté. Avec Monaco et la guerre, Frédéric Laurent signe un documentaire remarquable qui revient sur le quotidien de Monaco entre 1939 et 1945.

Le journaliste et écrivain l'a réalisé, avec la complicité de son fils Jérémie et la coproduction de la Direction de la Communication, la Société pour la Gestion des Droits d'Auteur et l'Administration des Biens du prince souverain.

Ils ont interrogé, pendant quatre ans, 43 témoins de l'époque pour conserver une trentaine de témoignages qui jalonnent ce film agrémenté d'archives piochées notamment dans les réservés du Palais princier, du fonds régional et de la SBM. Et des images de fonds internationaux.

La petite et la grande histoire

L'équilibre du film repose sur une subtile alternance d'histoire avec un grand H et de petites histoires du quotidien. Exemple ? C'est au cours des Jeux universitaires organisés en septembre 1939 au stade Louis-II que la délégation polonaise, participant à l'événement à Monaco, apprend que son pays est envahi.

Au fil des discussions, certains se souviennent des colonies de vacances, improvisées dans les Hautes-Alpes par la princesse Antoinette et le prince Rainier III pour la jeunesse du pays. D'autres évoquent l'arrogance des Italiens, galvanisés par la prise de Menton par les troupes de Mussolini, et qui font de la propagande à tour de bras au siège du parti fasciste italien, avenue du Port. L'armée transalpine, défilera même rue Grimaldi.

Et puis il y a la terreur des bombardements. Se cacher dans un tunnel pour les habitants du quartier de la Condamine. La soupe populaire. Et la faim omniprésente dans les paroles. Qui a perduré, même après l'euphorie de la Libération.

Sur les affaires, le documentaire n'occulte pas les trafics avec les nazis, ni non plus les pratiques d'un gouvernement de l'époque collaborationniste avec le régime français de Vichy. Plusieurs témoignages donnent notamment un reflet émotionnel au film narrant des rafles de Juifs cachés dans le pays, et la crainte d'autres d'être repérés.

Au lendemain de la Libération - dans une Principauté où 20 % de la population a quitté le pays - le film raconte même la volonté de certains communistes monégasques qui veulent proclamer une république sur le Rocher !

En 96 minutes, le documentaire se positionne comme un passeur de mémoire, en faisant parler des témoins qui livrent leur vérité.

La première diffusion télévisée du film, est prévue le 1er mai à 19 heures sur Monaco Info.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.