“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco rend un dernier hommage à la baronne de Massy

Mis à jour le 17/06/2020 à 19:37 Publié le 17/06/2020 à 19:37
Le prince Albert II et son épouse, ainsi que Mélanie-Antoinette de Massy et Jean-Léonard Taubert de Massy, en bas des marches de la cathédrale.

Le prince Albert II et son épouse, ainsi que Mélanie-Antoinette de Massy et Jean-Léonard Taubert de Massy, en bas des marches de la cathédrale. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco rend un dernier hommage à la baronne de Massy

Autour du souverain et de sa famille, la cathédrale a accueilli hier les amis et proches de la baronne Elizabeth-Ann de Massy, décédée le 10 juin dernier des suites d’une longue maladie.

La baronne Elizabeth-Ann de Massy a été accompagnée jusqu’à sa dernière demeure, hier, par son cousin germain le Prince souverain, son épouse et la famille princière, dont les enfants et le frère de la défunte – Mélanie-Antoinette de Massy, Jean-Léonard Taubert de Massy et Christian de Massy, ainsi que leurs proches et amis.

Les mesures liées à la crise sanitaire ont limité le nombre de fidèles et seulement quelque deux cent cinquante personnes ont pu se réunir en la cathédrale de Monaco.

La messe de funérailles, présidée par Monseigneur Dominique-Marie David, était particulièrement émouvante, dans une sobriété et une solennité singulières. Participait également à cette cérémonie Monseigneur Bernard Barsi, prédécesseur de l’actuel archevêque.

Dans l’homélie prononcée par le père Philippe Blanc, la métaphore du monde du tennis a rappelé l’attachement de la baronne au sport pour lequel elle était très impliquée : « Dans nos vies, les coups droits sont parfois hésitants, les revers du quotidien sont déroutants, mais entraînés par le Christ, nous sommes sûrs de gagner le match car c’est lui qui nous libère du filet de la mort et nous appelle à vivre de sa vie. Le trophée qui nous est promis, c’est la gloire éternelle, c’est le bonheur de voir Dieu et de nous tenir en sa présence. »

Et alors que la famille pleurait la perte d’Elizabeth-Ann, le prêtre a souligné : « C’est l’heure de l’espérance et de la confiance puisque le Seigneur nous dit qu’il nous emmènera auprès de lui. C’est bien cette confiance qui s’exprimait dans les moments de prière que nous avons vécus en petite communauté avec Elizabeth-Ann. (...) Le Christ est notre guide et notre compagnon de route. Il vient nous rejoindre pour nous conduire à son Père et notre Père, pour que nous prenions place dans la demeure qui a été préparée pour nous. Par son amour offert, il a ouvert pour Elizabeth-Ann, et pour nous un jour, les portes de la vie nouvelle, de la vie éternelle. C’est là que nous serons tous rassemblés dans la communion des saints et que nous chanterons la gloire de Dieu. »

S’en est suivie une méditation au Grand orgue par le titulaire Oivier Vernet.

« Toute sa vie dévouée à Monaco »

Le cercueil de la baronne Elizabeth-Ann de Massy est porté dans la cathédrale.
Le cercueil de la baronne Elizabeth-Ann de Massy est porté dans la cathédrale. Photo Cyril Dodergny

Mélanie-Antoinette de Massy a ensuite pris la parole pour la prière universelle. Elle a souligné que sa mère avait été « un exemple de courage et de volonté dans toutes les épreuves de la vie ». Elle a rappelé que la baronne « a marqué par sa joie de vivre, sa prévenance envers autrui et son amour du prochain », qu’elle « a vécu dans la foi et dans l’attachement à l’Église catholique ». Enfin, la fille d’Elizabeth-Ann de Massy a terminé la prière universelle ainsi : « Ma mère a été toute sa vie dévouée à Monaco et à ceux qui y habitent. Prions, Deo Juvante, comme elle le faisait, pour notre Prince souverain et pour que nous soyons fidèles aux valeurs fondatrices de notre pays. »

Après le rite de la communion, la musique et le chant lyrique, interprétés par Elzbieta Ziomek-Fringant pour le piano, Thierry Amadi pour le violoncelle et par le ténor Giandomenico Cappuccio, ont envahi la cathédrale.

C’est unis dans la tristesse que la famille princière et leurs proches se sont recueillis en souvenir d’une grande dame de la Principauté, trop tôt décédée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.