“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco participe à une conférence du G.R.E.C.O.

Mis à jour le 22/10/2018 à 05:08 Publié le 22/10/2018 à 05:07
De gauche à droite : Laurent Anselmi, directeur des Services Judiciaires, Marin Mrcela, directeur du G.R.E.C.O. et vice-président de la Cour suprême de Croatie et Jean-Laurent Ravera, chef du Service du Droit international, des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales de la Direction des Affaires Juridiques. 	(DR)

Monaco participe à une conférence du G.R.E.C.O.

Les 15 et 16 octobre, Laurent Anselmi, directeur des Services Judiciaires, assisté de Jean-Laurent Ravera, chef du Service du Droit international, des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales de la direction des Affaires Juridiques, ont représenté la Principauté de Monaco à une conférence organisée par le Ministère croate de la Justice en coopération avec le Groupe d'États contre la corruption du Conseil de l'Europe (G.R.E.C.O.).

Les 15 et 16 octobre, Laurent Anselmi, directeur des Services Judiciaires, assisté de Jean-Laurent Ravera, chef du Service du Droit international, des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales de la direction des Affaires Juridiques, ont représenté la Principauté de Monaco à une conférence organisée par le Ministère croate de la Justice en coopération avec le Groupe d'États contre la corruption du Conseil de l'Europe (G.R.E.C.O.).

Cette conférence, qui s'est tenue à Šibenik (Croatie), sous la devise « Tous unis contre la corruption », avait pour thème : « Renforcer la transparence et la responsabilisation pour assurer l'intégrité ».

Lieu de rencontre et d'échanges entre des experts internationaux des plus qualifiés, ainsi que des décideurs politiques et administratifs de premier plan, la conférence comptait, parmi ses participants, de nombreux ministres de la justice, des hauts magistrats, des responsables d'agences nationales de lutte contre la corruption, ainsi que d'ONG, venues du monde entier.

Au cours de travaux en assemblée générale suivis d'ateliers plus spécialisés, des échanges approfondis ont été consacrés à l'importance de la liberté de la presse et au rôle des médias pour promouvoir la transparence, afin de prévenir la corruption.

Il a également été question, au regard de diverses expériences nationales, des moyens propres à garantir l'intégrité dans les hautes fonctions de l'État.

La conférence s'est conclue sur la nécessité d'encourager la coopération opérationnelle et de mettre en réseau les autorités nationales en charge de la prévention et de la lutte contre la corruption.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct