“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco médaillé d'argent à Thonon-les-Bains !

Mis à jour le 16/10/2017 à 05:36 Publié le 16/10/2017 à 05:35
Mathieu Monfort et Quentin Antognelli sont vice-champions du monde.

Mathieu Monfort et Quentin Antognelli sont vice-champions du monde. Alberto Colman

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco médaillé d'argent à Thonon-les-Bains !

Deux rameurs monégasques sont devenus vice-champions du monde d'aviron de mer, samedi en Haute-Savoie. Daniel Fauché, l'entraîneur, tire un bilan positif de la compétition

Le nombre de médaille n'a pas bougé par rapport à l'an dernier, mais le bilan est quand même meilleur. Lors des championnats du monde d'aviron de mer organisés à la maison l'an dernier, Monaco avait glané du bronze par l'intermédiaire de Quentin Antognelli et Giuseppe Alberti, arrivés en troisième position.

Cette année, sur le lac Léman de Thonon-les-Bains, Quentin Antognelli et Mathieu Monfort ont terminé à la deuxième place de la finale A (25'15''41), devenant vice-champions du monde en double homme ! En tête durant une bonne partie de la course, les deux rameurs monégasques ont été rattrapés par les Hongrois Adrian Juhasz et Bendeguz Petervari-Molnar du Budapest Evezos Egyesulet, favoris pour le titre mondial.

« C'est très très fort »

Contacté quelques minutes après la course, Roland Weill, le directeur de la communication de la Société Nautique était heureux : « C'était dur, ils ont peut-être mis un peu trop d'énergie au début mais c'est très bien, c'est déjà mieux que l'an dernier. C'est très très fort ! Ça montre bien que le petit Monfort est également un bon espoir. »

Arrivé en septembre, l'entraîneur Daniel Fauché complétait : « Ils ont fait un très bon parcours. Les Hongrois nous ont dépassés sur le seul endroit où ils pouvaient passer. Il n'y a pas de déception. Il n'y a pas de victoire mais cette deuxième place est belle et méritée. » Concourant dans la même catégorie, et donc dans la même course, le second double homme monégasque, emmené par Mathieu Mansanarez et Ludovic Dubuis, a terminé en 16e position.

Engagés en quatre de couple, les équipages féminins (Coline Caussin-Battaglia, Helena Hehlke, Kristina Fortuna, Clara Stefanelli et Mélanie Delval) et masculins (Mathias Raymond, Gaetan Delhon, Maxime Maillet, William Ader et Clara Stefanelli) ont respectivement terminé à la huitième et sixième place de leur catégorie. « C'est ce que j'attends de mes rameurs et rameuses : fa re des courses à leur meilleur niveau du moment », indiquait l'entraîneur. Et même si des espoirs de breloques étaient fondés sur le quatre de couple garçons, ce dernier est satisfait de leur parcours : « La médaille était espérée mais il y avait quand même six, voire sept, bateaux très compétitifs. Nos rameurs ont été très bons sur la navigation autour des bouées avec Clara Stefanelli en barreuse. Nous ne sommes pas déçus par le classement final. La sixième place du quatre homme est une bonne performance pour notre club compte tenu des équipes présentes, dont certaines étaient presque des sélections nationales. »

« Presque à la hauteur de mes espérances »

Benjamin Rouyer (solo homme) et le duo Philippe Giraldi/Sergio Scala ont été éliminés lors des qualifications. « Il n'y a aucune déception, ils ont fait leur parcours. Ils sont plus âgés, ce sont des "Masters". Les championnats du monde d'aviron de mer dans leur catégorie n'existent pas, ils ont donc du courir contre des rameurs beaucoup plus jeunes qu'eux », nuançait Daniel Fauché. Autre situation particulière : les championnats du monde d'aviron de mer étaient organisés sur le lac Léman. Pas idéal quand on s'entraîne à l'année sur la Méditerranée… « Il n'y avait pas de vagues. Autant la mer peut nous avantager à Monaco, autant à Thonon face à des équipages qui s'entraînent plus en rivière », éclairait l'entraîneur monégasque.

Pour autant, Daniel Fauché tire un bilan plus que positif de ces deux jours en Haute-Savoie. « Ce sont des championnats du monde de mer presque à la hauteur de mes espérances. C'est une bonne base de départ pour la suite, assurait-il. Il y a encore beaucoup de travail à réaliser mais c'est intéressant. Monaco est un petit pays, on arrive à décrocher l'argent et quasiment tout le monde s'est qualifié pour les finales. Et puis, il y a d'autres rameurs et rameuses au club… L'efficacité est là. »

Prochaine échéance pour la Société nautique, dimanche prochain, avec San Remo-Monaco, la célèbre régate de plus de 30 kilomètres.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.