“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco : L'hôtel de Paris en pleine renaissance

Mis à jour le 03/01/2019 à 05:05 Publié le 23/12/2018 à 05:05

Monaco : L'hôtel de Paris en pleine renaissance

Les travaux arrivent à leur terme dans le palace après quatre années. Les clients commencent à découvrir les nouveaux aménagements, dont le patio qui ouvre ce week-end

C'était encore une ruche effervescente vendredi matin. Pour la saison, on pourrait comparer l'ambiance à l'atelier du père Noël où s'affairent des milliers de lutins pour terminer à temps les cadeaux. Dans cette histoire, les lutins sont les ouvriers. Plus de 200 à l'œuvre, vendredi, pour achever leur cadeau : la livraison des parties communes de L'Hôtel de Paris juste à temps pour les fêtes de fin d'année.

Entamée il y a quatre ans, la transformation complète du palace monégasque touche à sa fin. Pari réussi pour les équipes de la Société des Bains de Mer (SBM) qui sont dans les clous des délais qu'ils s'étaient fixés pour métamorphoser leur palace iconique. Justement, une pièce maîtresse et inédite du palace remodelé que les premiers clients découvrent ce week-end : le patio.

Un moment particulier

Cette cour rectangulaire coplantée de palmiers et bananiers, accessible depuis le hall, est un des points forts des nouveaux aménagements. Impossible à photographier vendredi pour cause de fin de chantier et ménage en cours. Mais la place pavée dégage un chic fou, bordée par des enseignes prestigieuses : les joailliers Graff, Harry Winston, Stardust et l'horloger Oméga.

Une cinquième boutique, Tasaki, marque japonaise spécialiste des perles, ouvrira en début d'année. Tout comme l'entrée du patio, au niveau de l'avenue des Beaux-Arts qui sera un accès bis du palace.

« C'est un moment très particulier dans la vie d'un établissement », commente Daniel Lambrecht, le directeur immobilier de la SBM qui supervise le projet de transformation de Monte-Carlo, amorcé en 2012 et entamé en 2014. Au plus fort du chantier, ils ont été entre 1300 et 1500 ouvriers à œuvrer quotidiennement entre le palace et le One Monte-Carlo voisin, qui sera livré en début d'année (lire ci-dessous).

Depuis quelques jours, les clients ont pu découvrir le nouveau hall de L'hôtel de Paris, qui a gagné en lumière.

Aux teintes chaudes du passé, s'affiche désormais un gris dominant sur les murs, ponctué de touches or, exprimées dans des panneaux et des pièces du décor. Style sobre et contemporain qui fait évoluer la facture Belle Époque du bâtiment.

Au sol, le marbre a fait peau neuve. Et originalité, il vient de Chine, où l'on trouve exclusivement cette teinte gris bleue.

La salle Empire ravivée

« Nous avons fait trois voyages sur place pour déterminer notre choix. Ensuite, les pièces de marbre ont été découpées sur place ou les cotes du lobby avaient été recréées. Puis tout a été démonté, numéroté et transporté jusqu'à Monaco », détaille Daniel Lambrecht.

Autre résurrection, celle de la salle Empire. La salle de bal s'est offert une cure de jouvence pour retrouver son éclat initial, celui de sa création au début du XXe siècle. Et là, le style Belle Époque demeure roi.

« Les marbres sont d'origine et ils ont été entièrement restaurés. Nous n'avions pas le droit à l'erreur, car ce marbre-là ne se trouve plus. » Jaunis par le temps… et les volutes de nicotine qui ont plané dans la salle pendant des années où l'on fumait à l'intérieur, les matériaux ont retrouvé une fraîcheur virginale. Comme la fresque de Paul Gervais, exécutée en 1909 et décorant le mur du fond.

Si ces quatre années de travaux ont été l'occasion de parer le bâtiment de toutes les technologies, elles ont servi aussi à redonner une unité à l'hôtel, après plusieurs étapes de construction et reconstruction au cours du XXe siècle. « Ces immenses travaux permettent de gommer les erreurs d'un bâtiment pour donner de la cohérence. Désormais, nous sommes tranquilles pour deux générations au moins », sourit Daniel Lambrecht, content de toucher au but.

Dans les étages, les chambres des ailes Casino et Beaux-Arts sont en cours d'installation. On meuble les espaces, on fait les lits pour accueillir les clients dans quelques jours.

Comme à la table du Louis XV d'Alain Ducasse qui retrouvera sa salle à manger historique pour un premier service, le 29 décembre. L'ultime étape sera la livraison et l'inauguration fin janvier de la suite Prince Rainier-III, surplombant la place du Casino.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct