“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco importe des cailloux du Var pour construire une digue, les premiers sont partis du port de La Seyne

Mis à jour le 08/01/2019 à 11:28 Publié le 08/01/2019 à 10:51
L’un des caissons géants qui seront remplis avec des graviers issus du Revest et transportés à Monaco via le port de La Seyne.

L’un des caissons géants qui seront remplis avec des graviers issus du Revest et transportés à Monaco via le port de La Seyne. Photo Dominique Leriche

Monaco importe des cailloux du Var pour construire une digue, les premiers sont partis du port de La Seyne

Prévu initialement pour démarrer en début d’année dernière, le chantier qui vise à fournir Bouygues en matière première pour son projet d’éco-quartier à Monaco est donc cette fois bel et bien lancé dans sa composante varoise.

Depuis l’été dernier, des camions chargés de cailloux descendent de la carrière du Revest, sans que cela ne semble causer de remous sur le chemin qui les mène au port de commerce de Brégaillon.

Dans la foulée, les premiers bateaux et leurs cargaisons de calcaire ont appareillé de La Seyne, direction Monaco.

Rappelons qu’il avait été ajourné à cause d’une levée de boucliers de la population et des collectivités locales, qui craignaient notamment une saturation des routes.

"Les choses ont attaqué plus tranquillement que ce qui était prévu au départ, en termes de fréquence et de rythme" résume Jérôme Giraud, directeur des ports à la Chambre de commerce et d’industrie du Var (CCIV).

"On a conservé seulement un tiers du projet original."

Soit 800.000 tonnes de granulats, sur un total de 2,4 millions de tonnes qui devaient initialement être fournies par les engins de la Someca qui grattent la colline derrière le Faron.

Au final, l’approvisionnement se fait depuis septembre et devrait s’achever en octobre 2019.

Extraits, livrés, stockés, expédiés, coulés…


Le processus, lui, est fidèle à ce qui avait été imaginé dès le début. Une fois les granulats arrivés à bon port, ils sont stockés dans l’enceinte de la zone de Brégaillon, puis chargés par les dockers seynois sur des navires à destination de la Principauté, "à un rythme qui devrait s’accélérer".

Là-bas, ils serviront à remplir dix-huit énormes caissons de béton (fabriqués à Marseille) qui seront immergés. L’idée est de constituer une digue de protection qui dominera les flots, prélude à la construction d’un ensemble immobilier de luxe érigé en grignotant ainsi six hectares "sur" la mer.

La livraison des 120 appartements de standing est prévue à partir de 2022.

A noter que ce n’est là qu’un volet des opérations qui lient Brégaillon à Monaco dans ce chantier: l’an dernier, déjà, près de 140.000 t de boues de dragage avaient été traitées par l’entreprise Envisan, située à l’entrée de la zone industrialo-portuaire.


La suite du direct