“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco : il frappe sa femme dans la rue, des influenceurs le livrent à la police

Mis à jour le 18/11/2019 à 10:32 Publié le 18/11/2019 à 10:32
Les faits se sont déroulés dans la principauté début octobre. 	(Capture d’écran Twitter)

Monaco : il frappe sa femme dans la rue, des influenceurs le livrent à la police

Peut-être avait-il l’habitude d’exprimer sa violence dans le huis clos conjugal.

Peut-être avait-il l’habitude d’exprimer sa violence dans le huis clos conjugal. Aujourd’hui, sa lâcheté explose au grand jour. Début octobre, en marge de la 2e édition des Influencer Awards Monaco, un homme a été filmé dans une artère de la principauté en train de violenter une femme présentée comme sa compagne.

La scène est furtive. Un groupe de personnes est filmé de retour de soirée lorsqu’une femme blonde traverse le champ de la caméra et se fait empoigner au cou par un homme.

Elle pousse un cri avant d’être projetée violemment au sol.

L’affaire aurait pu en rester là, sauf que l’un des témoins directs, le chef cuisinier Juan Arbelaez, influenceur aux dizaines de milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux et accessoirement compagnon de Miss France 2011, Laury Thilleman, a brisé la glace début novembre. « Je me suis jeté sur lui pour la défendre. Il est parti en courant se cacher derrière une voiture », a témoigné ces jours-ci Juan Arbelaez dans les colonnes de nos confrères du Parisien.

Si les langues ont mis quelque temps à se délier, les témoignages d’influenceurs foisonnent depuis quelques jours sur la Toile. « Il y a quelques semaines, nous avons assisté à une scène d’une extrême violence. Un homme a frappé une femme sous nos yeux », a ainsi posté sur Instagram une autre Miss France (2014), Flora Coquerel.

Citant plusieurs témoins, Le Parisien affirme que l’agresseur serait un Lyonnais devenu patron d’une agence de célébrités à Paris et qui a collaboré avec de grands sportifs, acteurs et chanteurs.

Le nom de l’agresseur présumé a été divulgué par des témoins après que des célébrités du web ont relayé l’information. À commencer par Enjoy Phœnix, et ses quelque cinq millions d’abonnés, qui a publié ce message : « Si vous êtes influenceur, méfiez-vous, restez loin de cette personne malsaine. »

« Nous sommes restés derrière la porte »

Quant à la victime, elle aurait confié à des témoins avoir déjà subi des violences, sans toutefois décider de porter plainte.

« Par peur et par emprise, elle nous a annoncé qu’elle ne souhaitait pas porter plainte. Notre témoignage servira pour une main courante mais ne causera aucun préjudice à cet homme et n’assurera pas la sécurité de cette femme », regrette Flora Coquerel sur Instagram.

Contacté à ce sujet, le parquet général de Monaco a confirmé le dépôt de cette main courante et annonce qu’une enquête a été diligentée et qu’elle suit son cours. « Tous les témoins ont été entendus », précise-t-on, confirmant l’intervention de la sûreté publique dans l’hôtel du couple.

Car les violences se sont malheureusement poursuivies dans une chambre d’hôtel ce soir-là, selon un témoin interrogé par Le Parisien. « Nous l’avons raccompagnée à l’hôtel. On ne voulait pas qu’elle rentre le rejoindre mais elle insistait. Nous avons alors pris des doubles de clés de sa chambre et nous sommes restés derrière la porte quelques minutes au cas où ça dégénérerait de nouveau. Ça n’a pas loupé, au bout de cinq minutes il la frappait dans la chambre, alors nous sommes intervenus. Nous avons appelé la sécurité de l’hôtel et la police. »

Reste à savoir jusqu’où la justice monégasque pourra poursuivre l’agresseur alors que les protagonistes sont français.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.