“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco II : les doutes d’août

Mis à jour le 18/08/2019 à 10:13 Publié le 18/08/2019 à 10:13
La réserve du capitaine Mbaé a encore montré des lacunes en défense...

La réserve du capitaine Mbaé a encore montré des lacunes en défense... J.-F. O.

Monaco II : les doutes d’août

Ce n’est pas faute d’avoir tout essayé, mais Monaco n’a pu effacer l’incroyable premier match de la saison qui s’est achevé par un 6-4 en faveur de Louhans.

Ce n’est pas faute d’avoir tout essayé, mais Monaco n’a pu effacer l’incroyable premier match de la saison qui s’est achevé par un 6-4 en faveur de Louhans. Face à des Lyonnais tout aussi revanchards qu’eux, puisque défaits à Nîmes (3-0), les Monégasques ont entamé la rencontre sur des bonnes intentions, sur de bonnes bases, avec même un premier bon centre fuyant du capitaine Mbae que le portier Racioppi déviait des poings (6’). Mais cette entrée en matière sera bien isolée durant une bonne mi-temps, les Olympiens se contentaient dans le même temps d’une frappe appuyée de Coly… sur le petit filet extérieur des cages de Louis (13’).

Certes les deux formations affichaient de l’envie, et de la crainte, notamment au regard de la première journée. On attendait beaucoup plus de la seconde période, qui, dans les faits, sera plus rythmée et plus propice à des offensives de choix. Et c’est Monaco, qui créait bien des frayeurs devant les buts lyonnais. D’abord par Kevin Appin, qui bien placé, obligeait Racioppi à dévier du bout des crampons (49’). Deux minutes plus tard, Maes décrochait une frappe précise, mais trop peu appuyée. Et comme souvent, le réalisme à la lyonnaise allait plonger l’ASM dans le doute. Sur un exploit personnel, Amine Gouiri feintait le tir, osait le dribble pour enrouler un ballon en pleine lucarne de Louis. Du grand art (1-0, 54’). Exploit et but personnel qui libérait les Gones. S’il ratait d’un cheveu son doublé sur une frappe sans contrôle, Gouiri faisait apprécier sa maîtrise du ballon. C’est son remplaçant, le crack Cherki qui tuait tout suspense. Chipant à la loyale un ballon dans les pieds du défenseur Mbae, l’espoir olympien allait au bout de sa course pour ajuster Louis (2-0, 73’). Les Asémistes n’allaient plus revenir. En encaissant 8 buts en deux matches, Monaco a clairement affiché ses lacunes.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct