“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco Globe Series en mode séduction

Mis à jour le 06/06/2018 à 05:10 Publié le 06/06/2018 à 05:10
Avant de partir pour les championnats d'Europe de J70, Marco Stevenazzi, Alexandre et Rémi apprécient la venue de ces bateaux en Méditerranée.

Avant de partir pour les championnats d'Europe de J70, Marco Stevenazzi, Alexandre et Rémi apprécient la venue de ces bateaux en Méditerranée. Jean-François Ottonello

Monaco Globe Series en mode séduction

La première étape des Globe Series se déroule en Méditerranée jusqu'à vendredi. Au Yacht-club de Monaco, la section sportive apprécie particulièrement la venue des IMOCA 60

Au sixième jour des Monaco Globe Series. En mer, les monocoques mettent le cap sur Monaco après avoir fait le tour de la Sardaigne. Du côté de la Principauté, le Yacht-club de Monaco a mis en place un dispositif exceptionnel avec la retransmission de la course sur les écrans du Yacht-club et sur leur site internet.

Opération séduction réussie au Yacht-club

Au port Hercule, les jeunes skippers de la section sportive du Club sont en pleine préparation des Championnats d'Europe. Alexandre et Rémi, tous deux membres de la classe J70, sont ravis de la venue d'une telle compétition à Monaco. « Cela valorise l'image de la Principauté dans le monde de la voile », estime Alexandre. Pour Rémi, un événement de cette envergure joue un rôle encore plus important : « Les gens se moquent souvent de la voile en Méditerranée, en disant que c'est une mer tranquille, pas forcément faite pour la voile. Avoir une telle course c'est une opportunité de montrer aux navigateurs de l'Atlantique que la Méditerranée a aussi ses dangers. »

Si tous les deux espèrent naviguer un jour sur ces monocoques longs de 60 pieds (18,28 m), ils savent qu'il reste encore beaucoup de travail.

Leur entraîneur, Marco Stevenazzi, a décidé d'utiliser les Monaco Globe Series comme modèle. Il détaille : « C'est un moyen de faire découvrir le milieu professionnel de la voile aux jeunes et de leur montrer à quel point il est méticuleux ». Lui qui ne se rappelle pas avoir vu des IMOCA 60 en Méditerranée, se dit satisfait de la venue de ces grands bateaux. « Cela a un côté exceptionnel pour nous. On a pu aider à l'organisation. »

La voile pas suffisamment populaire

Car en terme d'organisation, le Yacht-club de Monaco est une véritable machine de guerre et la Principauté a un avantage non négligeable en étant ouverte vers la mer. Seul point négatif pour Marco Stevenazzi, la popularité de la voile sur la Côte d'Azur. « Malgré les grandes villes de voiles comme Marseille, Antibes, Hyères ou Monaco, il y a encore trop peu d'engouement dans la région », regrette-t-il.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct