“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco Forum Dance : Maillot a réussi son Bach

Mis à jour le 18/12/2016 à 05:04 Publié le 18/12/2016 à 05:04
Monaco-matin, source d'infos de qualité

Monaco Forum Dance : Maillot a réussi son Bach

Le chorégraphe nous a présenté avec succès, vendredi soir à la salle Garnier de l'Opéra de Monte-Carlo, sa dernière création Aleatorio sur des musiques de Bach

Faire du neuf avec de l'ancien ! Cette belle formule artisanale a réussi au chorégraphe Jean-Chistophe Maillot. Pour créer son nouveau ballet Aleatorio qu'il présentait vendredi soir, salle Garnier, il est allé rechercher trois de ses créations passées, Men's dance, Men's dance for women et Presque rien. Il les a mises bout à bout, les a remaniées, et le tour était joué. Et voilà un nouveau succès !

Il a déshabillé ses anciens ballets de leur musique de Reich et les a revêtus de partitions de Bach. Les corps de ses danseurs ont été stimulés, dynamisés, électrisés, par le rythme implacable de cette nouvelle musique. Vêtus de noir, les danseurs étaient aussi dansants que les notes - noires, croches, doubles croches - sur les partitions de Bach. Il y eut une osmose parfaite entre la danse et la musique. Le moins qu'on puisse dire est que Maillot a réussi son Bach !

Et quelle qualité, ces danseurs du Ballet de Monte-Carlo ! Ils surclassent en technique, en esthétique individuelle et en harmonie collective, tout ce que nous avons pu voir depuis le début de ce Monaco Dance Forum - et nous avons pourtant vu de bien belles choses !

Dans la deuxième partie de son Aleatorio, Jean-Christophe Maillot abandonne la musique de Bach pour celle, électroacoustique et bien inspirée, de son frère Bertrand. Ici, plus de piano, il ne reste sur scène que le tabouret ! C'est fou ce qu'on peut faire avec un tabouret de piano lorsqu'on lance autour de lui deux danseurs dans des scènes de séduction amoureuse ! Ainsi a-t-on admiré, dans ce rôle-là, Maude Saboujrin et Christian Twarzyanski.

Au fond, Jean-Christophe Maillot a su retrouver dans ses œuvres anciennes un langage chorégraphique abstrait, pur et épuré qui, pour lui, n'est pas un recul vers le passé mais un pas vers l'avenir.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.