“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Monaco et la guerre , un documentaire poignant

Mis à jour le 11/01/2018 à 05:14 Publié le 11/01/2018 à 05:14
Frédéric Laurent, membre fondateur de Libération, et son fils Jérémie, réalisateur, se sont prêtés au jeu des questions réponses suite à la projection de leur documentaire, hier, au Lycée technique.

Frédéric Laurent, membre fondateur de Libération, et son fils Jérémie, réalisateur, se sont prêtés au jeu des questions réponses suite à la projection de leur documentaire, hier, au Lycée technique. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco et la guerre , un documentaire poignant

Comment a été vécue la Seconde Guerre mondiale en Principauté ? C'est le propos du documentaire que Frédéric Laurent et son fils ont réalisé et présenté hier au Lycée technique

Le point de départ de ce projet : une demande du prince Albert II à l'écrivain et journaliste Frédéric Laurent, de constituer des archives mémorielles sur la Seconde Guerre mondiale à Monaco. Le projet s'est petit à petit transformé en film à visée didactique.

Beaucoup pensent que la Principauté a été imperméable aux aléas de l'Histoire. Or, Monaco a bel et bien vécu l'envahissement des Allemands et des Italiens, la déportation des Juifs, le manque de nourriture.

« Le montage au fil des témoignages »

En 2013, Frédéric Laurent et son fils Jérémie ont entamé l'épineuse tâche de retrouver des personnes présentes sur le sol monégasque pendant la guerre.

« Ce documentaire n'aurait pas pu être fait ni plus tôt, ni plus tard. Avec la distance, les gens parlent plus facilement. Et les témoins, qui ont entre 85 et 94 ans lors des interviews, étaient jeunes en 39-45. »

Lors des quarante-cinq interviews réalisées (quarante heures de rushes au total), Frédérique Laurent commençait toujours par la même question : « Qu'est-ce que vous avez retenu de plus important sur cette guerre ? ». Puis il laissait les témoins raconter leur histoire. Il avoue qu'étant enfant du pays, sa proximité avec ces derniers a facilité les confidences.

Le journaliste aurait également souhaité recueillir des témoignages de personnes extérieures. Il a essayé d'identifier des soldats allemands ou italiens ayant occupé Monaco lors de la guerre. Mais ses demandes auprès des ambassades resteront vaines.

S'en est suivi un important travail de recherche d'archives. « Le montage s'est construit au fil des témoignages, disposés de manière à suivre la trame de l'histoire. Il était nécessaire de contextualiser en permanence les propos par le biais d'images et de vidéos d'archives. »

Il aura fallu une année pour que Jérémie Laurent réalise le montage du documentaire, en raison du gros travail de redécoupage. Car, collaborer avec des personnes très âgées, dont le discours était parfois décousu, ne fut pas chose facile.

Certains protagonistes n'ont malheureusement pas pu voir le résultat final, étant décédés depuis le tournage.

Destiné à être projeté aux élèves

Hier après-midi, un auditoire composé d'enseignants et de membres de l'association Devoir de Mémoire a assisté à la projection de « Monaco et la guerre » dans l'auditorium du Lycée technique et hôtelier. Réaliser ce documentaire était un devoir de mémoire pour les Laurent père et fils. Une manière d'informer les jeunes que la Deuxième Guerre mondiale a également eu lieu dans leur pays.

« C'est une approche beaucoup plus vivante d'apprendre l'histoire aux élèves, qu'à travers un livre. Il serait adapté de le diffuser en cours à partir de la classe de troisième », estime Audrey Bovini Le Joliff, professeur de monégasque.

Le documentaire sera prochainement diffusé sur la chaîne Monaco Info, ainsi que dans les écoles de la Principauté.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.