“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco Economic Board : 250 adhérents au rendez-vous

Mis à jour le 20/01/2016 à 05:07 Publié le 20/01/2016 à 05:07
Michel Dotta, lundi soir, pour le 25e Rendez-vous des adhérents.

Michel Dotta, lundi soir, pour le 25e Rendez-vous des adhérents. Réalis

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco Economic Board : 250 adhérents au rendez-vous

Le ministre d'État, victime d'un AVC le mois dernier, a été transféré à Poitiers. Le souverain a remis à son épouse, hier, les insignes de Grand officier de l'Ordre de Saint-Charles

« Nous avons un programme très ambitieux à mettre en place cette année. » Lundi soir, Michel Dotta, président du Monaco Economic Board (MEB), a accueilli quelque 250 acteurs du monde de l'entreprise, à l'Hermitage, pour le 25e Rendez-vous des adhérents.

Un nouveau site internet courant février et la réalisation d'un nouveau film de promotion de l'activité économique de la Principauté qui sera décliné en trois modules : voici les tout derniers projets conduits par Michel Dotta. Mais le président du MEB devra, cette année encore, poursuivre la communication pour que le Monaco Economic Board qui a succédé à la Chambre de développement économique soit définitivement identifié. « Il faudra certainement encore quelques mois pour s'habituer à ce nouvel intitulé, note le président du MEB. Par ailleurs, en interne, je vois 2016 comme une année de transition car nous sommes en pleine réorganisation. »

Monaco Economic Board va donc se développer et embaucher. « Nous allons recruter un directeur de Monaco Invest et, pour lui, un assistant. Pour l'entité Monaco Chamber of Commerce, nous aurons une assistante en plus, ce qui va nous permettre de mieux connaître nos entreprises. »

Ainsi, Michel Dotta entend répondre au plus près aux attentes des chefs d'entreprise dans un monde en pleine mutation mais dans lequel Monaco a, selon lui, de beaux atouts. « Le développement économique de la Principauté est primordial et la diversité est essentielle. 2015 est une très bonne année. 2016 risque d'être plus compliquée car on ne vit pas en dehors du monde. »

Du Brésil à la Slovaquie

Seront également poursuivies les missions classiques dédiées au Monaco Economic Board. Les 450 membres actuels (« Ils étaient 381 en 2009 », se souvient Michel Dotta) peuvent ainsi prévoir des déplacements pour nouer des contacts dans plusieurs pays à travers le monde.

Une mission économique est organisée, à Sao Paulo, du 2 au 7 avril, en ouverture d'un cycle Amérique latine. Le Brésil et ses 202 millions de consommateurs constituent potentiellement une opportunité de développement pour les entreprises monégasques. La clôture des inscriptions est fixée au 29 janvier.

Suivront une mission économique en Slovaquie du 13 au 15 juin, l'accompagnement d'un déplacement en Afrique du CEMA (Club des entrepreneurs monégasques en Afrique) du 10 au 14 octobre et une mission économique en Azerbaïdjan du 6 au 10 novembre. Et pour avoir une vision plus globale des régions où investir, une conférence Risque Pays de Coface sera organisé à l'Hôtel Columbus le 25 février prochain.

Ce sera donc une année de changement et de développement pour le Monaco Economic Board comme pour les entrepreneurs qui devront continuer à faire face à la concurrence, et bientôt s'aligner sur les nouvelles règles dictées par les négociations avec l'Europe. Mais Michel Dotta se veut rassurant : « Le prince a dit qu'il y avait une ligne rouge. Et je suis confiant sur la qualité des entrepreneurs. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.