“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco double son parc de vélos à assistance électrique et intègre l'application CityMapper

Mis à jour le 11/06/2019 à 08:38 Publié le 11/06/2019 à 08:26
Le parc de vélos à assistance électrique passera cet été de 109 à 290 unités à Monaco et dans ses alentours.

Le parc de vélos à assistance électrique passera cet été de 109 à 290 unités à Monaco et dans ses alentours. Photo archives Cyril Dodergny

Monaco double son parc de vélos à assistance électrique et intègre l'application CityMapper

290 vélos électriques « Monabike » seront mis en service mi-juillet. 1,4 million d’euros ont été investis par l’État pour proposer une offre attractive, simple et écologique. La Principauté se dote aussi de l'application CityMapper, qui permet de mieux circuler en temps réel et repérer les parkings disponibles

Tous à vélos les 13 et 14 juillet ! Pour lancer son nouveau service de vélos électriques Monabike, la Principauté proposera des essais de trente minutes gratuits.

À noter qu'il faudra tout de même s’identifier via Internet et l’application.

Monaco proposait 109 vélos à assistance électrique. Il y en aura 290 mi-juillet. Des bicyclettes toutes neuves, aux couleurs de Monaco, mais fabriquées au Canada. "Nous avons profité d’un énorme marché passé par la ville de Barcelone pour avoir les meilleurs tarifs", explique Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.

Plus de vélos, davantage de stations, un système d’utilisation plus souple - sans abonnement nécessaire ni liste d’attente -, une extension du service dans les communes voisines… La Principauté tape fort en ce début d’été et a investi 1,4 million d’euros pour Monabike.

Dans les communes limitrophes aussi

Aux dix-sept stations actuelles vont s’ajouter dix stations supplémentaires en surface, cinq stations de plus dans les parkings publics et trois stations à Beausoleil. "Nous nous sommes rendu compte que l’offre exclusivement proposée à Monaco était trop réductrice, souligne Marie-Pierre Gramaglia. Après Beausoleil, nous espérons développer le service à Cap-d’Ail et Roquebrune-Cap-Martin".

Plus besoin de démarches spécifiques, et pour certaines fastidieuses, pour utiliser le vélo électrique. Il n’est plus nécessaire d’être abonné. Une application sur smartphone et un paiement par carte bancaire va permettre de séduire l’utilisateur occasionnel [la nouvelle offre vélos sera intégrée dans Citymapper, lire ci-dessous]. L’application permettra de prendre rapidement et facilement un vélo via un QR Code. Elle facilitera les déplacements pour les usagers grâce à une visualisation de l’emplacement des stations et du nombre de vélos disponibles et ainsi une orientation vers la station la plus proche.

un abonnement à Six euros
par mois

Les abonnés disposant d’une carte de la Compagnie des autobus de Monaco (CAM) seront, quant à eux, aussitôt identifiés.

Le plein tarif est de 72 euros par an, soit 6 euros par mois. C’est un euro de plus que le service actuel. Mais le prix baisse pour ceux qui ont déjà un abonnement bus CAM payant ou Parkings publics (pour les résidents monégasques uniquement et non pour les abonnements proposés aux salariés de 300 heures de stationnement par mois): 48 euros, soit 4 euros par mois.

Pour être compris dans l’abonnement, les trajets ne devront pas dépasser une demi-heure. Facile pour les déplacements en ville. Pour les utilisateurs se déplaçant dans les communes limitrophes, il ne faudra pas s’arrêter en chemin…


Citymapper:
une application
pour mieux circuler en temps réel

Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme.
Marie-Pierre Gramaglia, conseiller de gouvernement-ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme. Photo Michael Alesi / Dir. Com.

Citymapper sera pleinement opérationnelle en septembre ! L’application gratuite sur smartphone couvre de nombreuses grandes villes : Londres, Berlin, Tokyo, Paris et New York…

Il s’agit d’une aide aux déplacements urbains et calculs d'itinéraires en temps réel. Idéal pour les résidents, les pendulaires et les touristes.

C’est une application ludique et facile d’utilisation qui proposera un calculateur de parcours multimodaux permettant de simuler des trajets mélangeant les moyens de transport publics/partagés disponibles dans la zone.

La région couverte dans la première version de l’application ira de la frontière italienne à l’aéroport de Nice et intégrera les moyens de transport suivants : SNCF, Mobee, Monabike, Monacair, CAM, Zest (lignes passant par Monaco), Ligne d’Azur (lignes passant par Monaco et ligne de Cap-d’Ail).

Fonctionnalité unique au monde pour Citymapper, l’application intégrera et affichera l’ensemble des parkings publics de Monaco et leur disponibilité en temps réel.

Des fonctionnalités "piéton" et "parking"

L’application intégrera bien aussi une fonctionnalité guidant la mobilité piétonne. Elle propose des scenarii pour chaque trajet et dispose d’un système d’autoapprentissage qui s’inspirera des choix faits par les usagers pour améliorer ses propositions.

Elle intégrera également les plans des réseaux pour une consultation hors ligne.

Une offre de plus pour agir dans la même logique que la transition énergétique. "C’est tous ensemble que l’on peut faire quelque chose", est convaincue Marie-Pierre Gramaglia.

Monabike sera disponible à partir de mi-juillet à Monaco, mais aussi à Beausoleil, et bientôt à Cap-d’Ail et Roquebrune-Cap-Martin.
Monabike sera disponible à partir de mi-juillet à Monaco, mais aussi à Beausoleil, et bientôt à Cap-d’Ail et Roquebrune-Cap-Martin. Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.