Rubriques




Se connecter à

Monaco à la pêche au gros

Après un début de saison canon, la bande à Shuler espère enfin épingler un « Top 8 » loin du Rocher, ce soir (18 h), en Île de France, où Nanterre l'attend de pied ferme. Sacré test !

Florent Caffery Publié le 30/01/2016 à 05:07, mis à jour le 30/01/2016 à 05:07
Un test grandeur nature pour Shuler et ses partenaires.
Un test grandeur nature pour Shuler et ses partenaires. Jean-François Ottonello

La salle Gaston-Médecin est un repère douillet. Le genre d'espace où l'on se sent apaisé en toutes circonstances. Celui où le public peut vous amener à porter le coup de grâce, sans faire virer la batterie dans le rouge. Bilan, un 10/10 à domicile depuis le début de saison.

Délicat d'être plus exigeant avec la Roca Team, mais les choses se gâtent au moment de quitter la Principauté. Les échecs à Gravelines-Dunkerque, Strasbourg et Dijon sont d'ailleurs là pour le rappeler. Et Nanterre, en mode rouleau compresseur capable depuis la trêve de dynamiter Strasbourg (95-63) puis le tableau d'affichage de Chalon-sur-Saône (94-100), fait figure de test grandeur nature.

DJ Cooper en salle d'attente

 

D'autant que les ouailles de Mitrovic qui restent sur trois succès en championnat, remettront le couvert face aux Franciliens, d'ici trois semaines (en 1/4 de finale de la Leaders Cup) : « Ils sont dans une bonne période et les jouer chez eux c'est quelque chose, anticipe le tacticien monégasque. Nous devrons casser d'entrée leur façon de fonctionner. »

Et surtout ne pas laisser les gâchettes de Pascal Donnadieu activer le registre « main chaude». Avec une palette garnie à l'intérieur ou à l'extérieur de la peinture (4 joueurs à plus de 10 points de moyenne), la JSF collectionne les artificiers : « Il faudra veiller à contrôler Robinson et Riley (13,5 pts chacun), poursuit Mitrovic. Nous ne sommes pas favoris. »

S'il préfère endosser le costume du petit, le stratège serbe sait néanmoins que les siens ont les armes pour rivaliser, même si DJ Cooper ne sera peut-être pas du voyage. Débarqué lundi de l'AEK Athènes, le meneur américain (1,83, 25 ans) formé dans l'Ohio attendait toujours hier, l'arrivée de sa licence. « On attend beaucoup de lui. C'est toujours compliqué de débouler en milieu de saison. Il y aura un bon mois d'adaptation et il nous sera très utile pour le dernier tiers de la phase régulière et les play-offs. »

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Drew et Mitchell auront sûrement une dernière carte à abattre, avant que l'un des deux ne soit contraint à rejoindre les tribunes (en raison du quota de joueurs non formés localement). De quoi leur laisser l'envie de prendre la lumière dans le chaudron nanterrien que retrouvera un certain Jamal Shuler, vainqueur de l'Eurochallenge la saison passée sous la tunique verte et blanche.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.