“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco à la conquête du marché russe

Mis à jour le 06/10/2017 à 05:16 Publié le 06/10/2017 à 05:16
Toute l'équipe du MEB a apporté tout son soutien aux entreprises monégasques.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco à la conquête du marché russe

Comme régulièrement depuis 2013, le Monaco Economic Boards a emmené une délégation d'entreprises monégasques intéressées par la Russie. Avec le soutien de l'ambassadeur Pettiti

Quiconque a déjà eu à faire au marché russe le sait : c'est une destination difficile d'approche. Disons, un peu rugueuse. Les différences culturelles sont fortes, la barrière de la langue très présente, la méfiance importante. Mais à cœur monégasque (et forcément vaillant) rien d'impossible.

Alors depuis le voyage officiel de 2013, en compagnie du Souverain, le Monaco Economic Board (MEB) travaille d'arrache-pied. C'est d'ailleurs la seule destination où ils ont répété les déplacements en compagnie des entreprises de Principauté. Celles-ci ont eu l'occasion de concentrer un important nombre de rendez-vous d'affaire, en un minimum de temps, grâce aux services du MEB.

Ambassadeur exclusif

Comme Michel Dotta, président du MEB, le notait : « C'est une relation très forte qui est en train de se nouer avec la Russie. » D'autant plus forte que depuis 2015, Monaco a un ambassadeur exclusif pour la Russie en la personne de la très active Mireille Pettiti : « C'est un geste que les autorités locales apprécient énormément » confie-t-elle. D'autant plus appréciable qu'auparavant, c'est l'ambassadeur en charge de l'Allemagne qui était également en charge de la Russie. Et quand on sait la densité de l'activité outre-Rhin, on comprend vite qu'il était indispensable au développement des relations qu'une personne soit dédiée à l'immense Russie.

Bien que basée en Principauté, puisqu'il n'y a pas d'ambassade à Moscou, Mireille Pettiti ne chôme pas. Elle est à l'origine de l'événement qui se déroule ces jours-ci et auquel le MEB est venu se greffer : les Journées de Monaco à Moscou. La première édition, en 2016, intervenait pour le dixième anniversaire des relations diplomatiques Franco-russes. Le souverain avait fait le déplacement ainsi que le Ministre d'État. « L'idée était de montrer une autre image de Monaco. Les Russes connaissent le luxe, les divertissements, les casinos… Nous voulions leur faire découvrir l'aspect culturel, économique et touristique. Des entreprises monégasques étaient présentes avec le MEB, et le retour que nous en avons eu était plutôt positif » explique l'ambassadrice.

Visibilité maximale

Pas de visite princière cette année, mais un autre événement majeur. « Nous avons voulu profiter de la présence des Ballets de Monte Carlo pour deux représentations. L'idée était de concentrer toutes les petites opérations qui pourraient se dérouler en une année, autour de cet événement. Cela donne plus de corps et plus de visibilité » développe-t-elle. En matière culturelle, qui mieux que la compagnie de Jean-Christophe Maillot pour montrer le rayonnement dont est capable Monaco.

Et l'opération s'est avérée payante : lundi matin, l'agence de presse russe TASS a organisé une conférence de presse sur l'événement, et plus de 60 journalistes étaient présents. « La salle était pleine à craquer » confie un témoin. En plus de la présence des officiels du Rocher, Mikhail Shvydkoy, représentant spécial du président russe en matière de coopération culturelle internationale, a pris la parole pour exposer les relations bilatérales. Une intervention qui enthousiasme Mireille Pettiti : « C'était l'interlocuteur idéal : il connaît très bien Monaco puisque c'est lui qui s'était chargé de coordonner, pour la partie russe, toutes les manifestations des Journées de la Russie à Monaco. » Depuis, la presse russe est au taquet, on parle de Monaco à la télévision, à la radio, dans les journaux. Pour le président du MEB, on rentre dans une autre dimension : «Au début que nous venions, il y avait quatre journalistes. Alors soixante, c'est un autre monde !»

Au bon moment, au bon endroit

Et c'est tant mieux. Car bien que difficilement accessible, la Russie est un marché prometteur. Pour ouvrir cette journée particulièrement dense, le consul de Monaco à Moscou, Igor Yurgens a clairement signifié que le pays a besoin de changement : « La Russie est actuellement dans une phase de rebond après la crise économique de 2009. Pourtant les gens ont l'impression de vivre moins bien qu'il y a cinq ans. Ils sentent clairement les effets des sanctions internationales. Le pays doit se réformer. »

Au menu, une refonte de l'administration : « La bureaucratie a tendance à s'entretenir elle-même au détriment des acteurs privés. C'est un héritage de l'Union soviétique. »

Un nouveau matériel industriel est également nécessaire, puisque le pays tourne à 85 % de sa capacité alors que 40 % de ses installations sont au bord de l'obsolescence. Les opportunités sont également importantes du côté de la finance.

Pour Michel Dotta «c'est le moment de s'intéresser de nouveau à la Russie, c'est dans ces moment là qu'il y a des opportnités». Comme le dit l'adage : c'est dans les moments difficiles que l'on voit qui sont ses amis.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.