“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Molière chez Cocteau

Mis à jour le 13/08/2017 à 05:02 Publié le 13/08/2017 à 05:02
Les 14 élèves comédiens avec leurs professeurs de théâtre et de danse.

Les 14 élèves comédiens avec leurs professeurs de théâtre et de danse. J.D.

Molière chez Cocteau

Avec le Pass'Sport Culture, les jeunes scolaires de Monaco ont travaillé durant une semaine au Centre méditerranéen d'Etudes françaises avec des élèves comédiens venus de Paris ou de Chambéry.

Avec le Pass'Sport Culture, les jeunes scolaires de Monaco ont travaillé durant une semaine au Centre méditerranéen d'Etudes françaises avec des élèves comédiens venus de Paris ou de Chambéry. Cinq jours de stage intensif pour quatorze adolescents, conduit par Eric Sautonie, qui ont présenté vendredi soir un Bourgeois gentilhomme plein de vitalité. « Le lieu est magique, explique le metteur en scène et professeur de théâtre. Il génère une énergie formidable et une union se crée autour des jeunes avec un projet commun que nous menons toute la semaine. » « C'était fatiguant, mais cela en valait la peine », a lâché le Maître tailleur à l'issue de la représentation.

Alors certes, Eric Sautonie a beaucoup travaillé sur la pièce de Molière pour réduire le texte. Certes, les jeunes ont travaillé sans compter leurs heures pour apprendre leurs répliques et répéter sur la scène de Jean Cocteau. Mais le résultat a été spectaculaire, conjuguant sérieux et bonne humeur.

Le comédien et metteur en scène était accompagné de Chloé Dalché pour la chorégraphie, et de l'ensemble musical CEOS dirigé par Jean-Jo Roux.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct