Rubriques




Se connecter à

Mobilier, déco, objets personnels, vêtements.... ces biens de Karl Lagerfeld vont être mis aux enchères

La maison Sotheby’s est en charge de ces ventes, dont la première se tiendra à Monaco le 3 décembre, avant Paris, pour disperser un millier d’objets ayant appartenu au couturier.

Marie Cardona Publié le 02/11/2021 à 11:05, mis à jour le 02/11/2021 à 12:30
Fidèle de la Principauté et intime des Grimaldi, Karl Lagerfeld était un habitué des grands événements de la Principauté, comme ici en 2011 ou il était l’invité du couple princier pour leur mariage. Photo Patrice Lapoirie

Dire que l’événement aura du succès et devrait attirer les projecteurs est une certitude. À la hauteur de l’aura du personnage qu’était Karl Lagerfeld. Disparu le 19 février 2019, le couturier aura navigué dans presque sept décennies d’histoire de la mode, terminant sa vie avec la carrure de la plus grande fashion star au monde. Et même au-delà, son personnage et sa silhouette étant rendus au rang iconique de la pop culture.

Le patrimoine que Karl Lagerfeld a laissé derrière lui, outre ses créations pour les maisons Chanel ou Fendi, est aussi une collection de demeures richement meublées et décorées avec un goût certain et affûté, caractéristique du kaiser de la mode. Des écrins où il logeait ses collections de mobiliers, d’œuvres d’art et d’objets précieux.

Son testament n’étant toujours pas exécuté, en mars dernier, l’administration qui gère sa succession - qui est basée en Principauté où le couturier était résident - a chargé la maison Sotheby’s de faire l’inventaire de ses résidences et procéder à une session d’enchères pour céder cette collection singulière.

La vente ultime ?

La série de ventes est qualifiée d’"ultime" par Sotheby’s et comptera un millier de lots. Et dont le premier coup de marteau sera donné à Monaco, le 3 décembre. Depuis les salons du One Monte-Carlo, où seront exposés les objets promis à la dispersion pendant trois jours. À ce rendez-vous succédera une seconde vacation, les 14 et 15 décembre à Paris.

Pour Monaco, la maison Sotheby’s a choisi de réserver à la vente des pièces éclectiques qui témoignent du goût large de Lagerfeld. Notamment un très gros ensemble de mobilier Art Déco, avec une quarantaine de meubles et sièges de Louis Süe et André Mare, créateurs emblématiques de l’époque, qui se trouvaient notamment dans la villa de Louveciennes ou dans les résidences de Monte-Carlo et de Biarritz du couturier.

 

L’art de vivre de Lagerfeld

Parmi les pièces qui vont être cédées: du mobilier de salon, des bureaux, un piano Gaveau 1925. Deux lots du décorateur Jean-Michel Frank. Mais aussi de l’argenterie, des bagages Goyard, du linge de maison, des objets d’orfèvrerie par Jensen, qui témoignent de l’art de vivre de Lagerfeld.

La vente compte aussi des pièces plus contemporaines créées pour la galerie Kreo ou par le designer Mark Newson, qui était un ami de Lagerfeld. Un fauteuil Zénith par exemple, tout en aluminium installé dans l’appartement parisien du couturier est estimé entre 40.000 et 60.000 euros.

L’acmé du rendez-vous étant promise pour l’heure à un portrait de Karl Lagerfeld, exécuté par le Japonais Takashi Murakami, estimé entre 80.000 et 120.000 euros. À moins qu’un portrait de Choupette, la chatte du couturier devenue aussi célèbre que lui dans ses dernières années, ne lui vole la vedette…

L’esprit Lagerfeld et son goût plus rococo, dans une des chambresde sa résidence de Louveciennes. Ce sera l’ultime demeure qu’il aménagera au cours de sa vie. Photo Sotheby’s.
Dans son dernier appartement, quai Voltaire à Paris, le couturier avait choisi un parti pris résolument contemporain pour aménager les lieux avec un mobilier de créateurs comme Marc Newson ou Martin Szekely. Des pièces qui sont toutes mises aux enchères. Photo Sotheby’s.
À Louveciennes dans les Yvelines, Karl Lagerfeld avait aménagé une demeure cossue où la légende dit qu’il n’a dormi qu’une seule nuit. Le mobilier choisi pour le lieu rappelle son goût pour les créations Art Déco des années 1920, fil conducteur dans sa collection. Photo Sotheby’s.
Rue des Saint-Pères toujours à Paris, la collection immense de livres du couturier (estimée à 100.000 ouvrages) occupe tout un mur d’une salle à manger. Si le mobilier est au cœur de ces vacations de Sotheby’s, la bibliothèque pour l’heure n’est pas annoncée à la vente. Photo Sotheby’s.
Quelques pièces, moins précieuses mais davantage symboliques composent la sélection de lots, et rappellent que Karl Lagerfeld au cours de sa dernière décennie était devenu une icône. Dont la silhouette était reproduite pour toutes sortes d’objets dérivés comme cette poupée Tokidoki en PVC, métal et strass estimée entre 200 et 300 euros. Photo Sotheby’s.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.