Mises en situation et sortie de la grande échelle... Les pompiers à la manœuvre dans le centre de Draguignan ce mercredi

Douze sapeurs-pompiers, venus de tout le département, étaient à la manœuvre dans le centre-ville ce mardi pour renforcer leurs acquis. Entre manipulations d’échelle et mises en situation...

Carine Bekkache cbekkache@nicematin.fr Publié le 12/05/2021 à 18:45, mis à jour le 12/05/2021 à 18:48
Pilotées par le groupement formation du Service départemental d’incendie et de secours du Var, ces mises en situation sont régulièrement organisées dans les artères dracénoises. Comme ici, le long du boulevard Marx-Dormoy. Photo Ca. B.

Au sommet de l’échelle, alors que le sergent-chef Frédéric Delvigne s’entraîne à la manœuvre à l’extrémité de la façade de la Maison des sports et de la jeunesse, le conducteur de l’engin le guide en contrebas, par radio interposée.

"L’échelier, comme nous l’appelons dans notre jargon, c’est un peu les yeux du pompier dans ces moments-là", indique le lieutenant Claude Masset, adjoint au chef du centre d’incendie et de secours de Draguignan. Également responsable des formations sur le secteur, le lieutenant revient sur les objectifs de ces manœuvres, régulièrement organisées tout au long de l’année par le groupement formation du Service départemental d’incendie et de secours du Var.

"Ces mises en situation sont bénéfiques à plus d’un titre pour les sapeurs-pompiers, qui comptent déjà des années d’exercice à leur actif et viennent chercher des qualifications supplémentaires afin de devenir chef d’agrès tout engin. Et, in fine, être éligible au grade d’adjudant."

"Au plus près de la réalité"

Concrètement, ces entraînements se déclinent en plusieurs modules, que les apprenants doivent valider avant d’atteindre leur objectif final. Et concernent: les moyens élévateurs aériens, les véhicules de secours routiers, les ambulances, les fourgons incendie et l’échelle pivotante combinée, cette dernière ayant fait l’objet des préparations réalisées tout au long de la journée d’hier, à Draguignan.

"Ce sont des opérations à première vue anodines, mais qui requièrent beaucoup de compétences, conclut le lieutenant Masset. Et que nous reproduisons dans des conditions collant au plus près de la réalité."

Sergent-chef au centre opérationnel départemental d’incendie et de secours, Baptiste Solari, après avoir suivi volontairement cette série d’exercices, s’apprête à décrocher la qualification de chef d’agrès. Le sapeur-pompier est donc désormais opérationnel pour commander tous les types d’engins précités.

"Un plus incontestable... et une évolution naturelle dans notre plan de carrière!"

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.