“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ministre d'État hospitalisé : Gilles Tonelli assure l'intérim

Mis à jour le 17/12/2015 à 05:03 Publié le 17/12/2015 à 05:03
Gilles Tonelli, en octobre dernier, à la tribune de l'ONU.

Gilles Tonelli, en octobre dernier, à la tribune de l'ONU. UN / Amanda Voisard

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Ministre d'État hospitalisé : Gilles Tonelli assure l'intérim

Le prince Albert II a décidé, hier matin, de confier les fonctions de ministre d'État à l'actuel conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération

Une chose est sûre, Michel Roger ne reprendra pas ses fonctions de ministre d'État de sitôt. S'il les reprend un jour.

Hier matin, le prince Albert II, après avoir formé « des vœux fervents à son intention » et assuré son chef de gouvernement de « son soutien dans l'épreuve de la maladie », a annoncé qu'il confiait « l'intérim des fonctions de ministre d'État à Monsieur Gilles Tonelli, conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération, à compter de ce jour ».

« Ce choix a fait l'unanimité »

Depuis hier, donc, celui que beaucoup considèrent comme un « grand serviteur de l'État » (lire les réactions ci-dessous) assure l'intérim de Michel Roger, hospitalisé au CHU de Nice depuis lundi matin, à la suite d'un accident vasculaire cérébral (nos éditions des 15 et 16 décembre). C'est à l'hôpital Pasteur que le chef du gouvernement princier a subi une intervention chirurgicale, dans la journée de lundi. Selon diverses sources, son état de santé ne lui permettrait pas de diriger le gouvernement monégasque pendant plusieurs semaines, certains estimant même que son retour aux affaires n'est pas envisageable.

Afin d'éviter une vacance du pouvoir, le souverain a donc pris la décision de confier l'intérim à Gilles Tonelli, « en raison de son expérience dans l'exercice de hautes fonctions : Contrôleur général des dépenses, secrétaire général du Ministère d'État, conseiller de gouvernement pour les Finances et l'Économie, conseiller de gouvernement pour l'Équipement », liste un communiqué du Palais princier. Qui ajoute : « Pendant la durée de cet intérim, Monsieur Gilles Tonelli conserve la charge de son Département. »

« Ce choix a fait l'unanimité des institutions du pays », assure-t-on en coulisses. Pour plusieurs raisons : l'actuel conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération a une grande expérience de la haute administration monégasque (lire son parcours ci-contre), est un homme rassurant, travailleur, modeste, ne recherchant ni la lumière, ni le pouvoir.

Un Monégasque aux manettes

Reste que, pour la première fois, même si c'est provisoire et dans le cadre d'une situation exceptionnelle, un Monégasque se retrouve à la tête du gouvernement princier. Et même si, au Ministère d'État, on tient à préciser que « le ministre d'État reste Michel Roger » et que « Gilles Tonelli fait "fonction de" ministre d'État », un « national » assure depuis hier les fonctions de chef du gouvernement.

Si Michel Roger n'était plus en capacité, dans les prochains mois, de reprendre ses fonctions, « le prince souverain, confie-t-on au Palais, se réserverait évidemment le droit de nommer un nouveau ministre d'État ». Vraisemblablement un Français. À moins que le souverain n'en décide autrement.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.