“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Michel Gangemi, ange gardien de la piste

Mis à jour le 28/05/2016 à 05:08 Publié le 28/05/2016 à 05:07
Engagé depuis vingt-cinq ans, Michel Gangemi est prêt à intervenir en bordure du circuit.

Engagé depuis vingt-cinq ans, Michel Gangemi est prêt à intervenir en bordure du circuit. C.V.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Michel Gangemi, ange gardien de la piste

À l'année, il est aide-soignant au service kiné du CHPG.

À l'année, il est aide-soignant au service kiné du CHPG. Cette semaine, comme chaque année, Michel Gangemi fait partie du lot de bénévoles engagés pour être secouriste autour du circuit. Ils sont 210, placés stratégiquement le long de la piste.

Voilà presque un quart de siècle que Michel prend son service, chaque fin de mois de mai, au virage Massenet, croisement entre le haut de l'avenue d'Ostende et l'entrée de la place du Casino. Son poste fétiche.

« Le plus important pour moi, c'est de faire du bénévolat. Et je suis du pays, c'est un plaisir de prendre part à l'organisation du Grand Prix. ».Sa mission ? Guetter l'incident. Et se préparer à intervenir. Si les bénévoles secouristes ont interdiction d'accéder à la piste en course, ils agissent en cas d'incident comme brancardier pour relayer les soins médicaux.

Des interventions qui restent rares. « Il y a une dizaine d'années, un commissaire s'était fait faucher par une voiture sous mes yeux. C'était très impressionnant, je n'oublierai pas. Il s'en est sorti. » Autre souvenir ? « La première année où ils ont installé les grillages, une voiture a décollé pour aller s'y encastrer. Sans ces grillages de protection, elle aurait fini dans le public. »

« Concentrés sur notre mission »

À l'affût du danger, les secouristes se trouvent aux premières loges quand les voitures font le show à toute vitesse. De quoi suivre le spectacle en privilégié, quand même ? « Honnêtement, on est très concentrés sur notre mission, nous ne sommes jamais à l'abri d'un accident. Alors, c'est difficile de profiter de l'aspect sportif. »

Jeudi, les premières interventions des équipes ont été surtout pour de la bobologie… Notamment un pied de spectateur fracturé après la chute d'une barrière. Rien de grave. Mais Michel ne voit pas de lassitude dans cette mission ponctuelle sur un événement qui a tellement évolué en 25 ans. Son statut de « vieux de la vieille » lui donne aussi le privilège de conduire le véhicule dans lequel le prince monte lorsqu'il fait sa tournée pour venir saluer les équipes.

Chaque année, ils sont quelques centaines à venir sécuriser le Grand Prix. Des « anges gardiens » de Belgique, de Suisse, du Luxembourg, d'Angleterre, d'Allemagne ou d'Italie.

« Nous avons des profils professionnels variés. Certains viennent du milieu médical, mais il y a aussi des profs, des plombiers, des administratifs, détaille Remy Tornatore qui coordonne le dispositif pour la Croix-Rouge monégasque. N'importe qui peut postuler pour être bénévole. C'est un engagement car il faut passer les étapes pour être breveté secouriste, et pour cela je les remercie chaque année de leur investissement. »

Un investissement qui va monter en puissance, dès aujourd'hui.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.