“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Méthode Quertant: pour calmer les nerfs à vifs

Mis à jour le 05/08/2016 à 05:03 Publié le 05/08/2016 à 05:03

Méthode Quertant: pour calmer les nerfs à vifs

Brigitte Boni de Monseignat propose une technique qui vise à rééquilibrer le système nerveux au travers de la vision. Pour une autre façon de voir des solutions aux problèmes de stress

On n'entre pas au 45 rue Grimaldi comme dans un immeuble aux standards actuels. Ce bâtiment de trois étages a une âme. Certainement celle de la famille Monseignat notamment qui en fut, un temps, majoritairement propriétaire.

Et au deuxième étage, Brigitte Boni de Monseignat incarne avec élégance et authenticité cette histoire familiale. Une femme à l'écoute. Une femme qui comprend. Elle accueille ses clients pour réaliser des séances de rééducation selon la Méthode Quertant.

« Une méthode mise au point par le Français Georges Quertant et présentée, pour la première fois, en 1937 au premier congrès international de psychiatrie infantile », explique Brigitte Boni de Monseignat. Elle est l'unique dépositaire de la méthode et de la marque Quertant et également unique à être habilitée pour en assurer les formations.

Elle pratique cet entraînement depuis trente ans en France, et a notamment exercé à Paris. « Dans les années 90, je travaillais avec ma sœur et une assistante, dans le XVIe arrondissement et à Neuilly-sur-Seine. Nous faisions jusqu'à soixante-dix séances par jour. Il y avait un réel engouement pour cette méthode. Puis je suis revenue à Monaco en 1999. Après quelques années où je me suis investie dans d'autres projets, et j'ai repris mon activité en 2010. »

Des couleurs, des chiffres et des lettres

Dans l'immense pièce au plafond décoré de boiseries sculptées, les murs sont recouverts de noir et des appareils d'optique sont disposés selon une logique qui servira de parcours à la personne qui consulte. Celui qui est pris en charge par Brigitte de Monseignat doit évaluer des couleurs, des formes, des chiffres et des lettres dans de minuscules ronds lumineux. Et on apprend tout de suite qu'il n'est pas bon de croire que ce que l'on voit ! Selon notre concentration, le regard porté de près ou au loin, on distingue quatre, six ou huit points lumineux. Idem pour les lettres qui tantôt se confondent, tantôt apparaissent au détriment d'autres. La première séance n'est pas de tout repos. Il faut sérieux, rigueur et concentration.

« Rien de magique ou de mystérieux »

« Le système nerveux d'un individu, selon ce qu'il vit et ressent, se fatigue ou peut être ébranlé. Selon ce que voit la personne, j'évalue ses troubles, leur nature et leur intensité. Cette fatigue est soit liée à l'hérédité, soit provoquée par un accident, un choc, un divorce, un décès… »

De nombreux troubles psychosomatiques peuvent apparaître : insomnie, migraine, troubles digestifs, anxiété, boulimie, anorexie, troubles de concentration ou du comportement, burn out,...

« La méthode Quertant n'a rien de magique ou de mystérieux, explique Brigitte de Monseignat. En contrôlant très précisément le débit d'énergie nerveuse qui commande la motricité oculaire dans les deux modes de vision, nous sommes renseignés, par voie réflexe, sur la nature et l'importance du dérèglement du système nerveux. »

Les troubles dépistés, il s'agit alors de mettre en place un programme d'entraînement.

Le nombre de séances ? « Cela dépend de la source du problème, pas du problème en lui-même. La solution peut être très rapide. L'entraînement peut durer jusqu'à six mois, à raison de deux fois par semaine. Ainsi, par exemple, pour une personne qui se sent « à fleur de peau », qui stresse facilement, ou qui ne parvient plus à gérer sa vie professionnelle et affective, l'entraînement prendra des formes différentes. Selon la nature du problème, de cause profonde ou simplement accidentelle, la rééducation sera très variable en temps et en exercices. »

Ce qui est sûr, c'est que dès la première séance, une sensation d'apaisement apparaît. Il s'agira ensuite d'être persévérant pour parvenir au terme de la rééducation. Mais Brigitte de Monseignat promet des merveilles.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct