“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Messe en hommage au père Hamel à Monaco: "Contemplons la victoire de l'amour sur la haine"

Mis à jour le 29/07/2016 à 05:03 Publié le 29/07/2016 à 05:03
Hier soir, pendant la messe de suffrage pour le repos de l'âme du père Jacques Hamel, assassiné mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Hier soir, pendant la messe de suffrage pour le repos de l'âme du père Jacques Hamel, assassiné mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Photo Michael Alesi

Messe en hommage au père Hamel à Monaco: "Contemplons la victoire de l'amour sur la haine"

Le vicaire général Guillaume Paris a évoqué le « triomphe de la vie sur la mort », hier lors d'une messe célébrée en hommage au père Jacques Hamel assassiné mardi en Normandie

Juste devant l'église Sainte-Dévote, une bougie brûle. Un portrait a été accroché au-dessus. Celui du prêtre assassiné mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime. « Père Jacques Hamel un homme chaleureux très apprécié de la population ». C'est pour le repos de l'âme de l'homme d'église qu'une messe a été célébrée ici, hier soir. Et après l'attentat, « notre première réponse est celle de la prière », dit Guillaume Paris, le vicaire général.

Dans son homélie, il résume ce que pensent beaucoup de gens, après les attentats qui ont frappé et Nice et la Normandie : « Depuis quinze jours, que de paroles, que de prières, et puis à quand la prochaine attaque ? Et que faudra-t-il dire, encore ?» Au départ, Guillaume Paris ne voulait pas parler.

« Que de paroles, que de prières »

« Avec des yeux humains, je ne voyais que du sang, que des larmes, et les combats à venir », explique-t-il. Et puis « mes yeux se sont élevés vers la croix, vers l'Innocent mis à mort, et ces mêmes yeux ont alors discerné autre chose : la véritable fin de l'histoire ». Le père Jacques Hamel « a été mis à mort alors qu'il venait de renouveler sur l'autel le sacrifice de la croix. Alors mes yeux ont contemplé la victoire ». Une confrontation entre la foi et la terreur hautement symbolique : « Le mal venait d'être vaincu au moment même où il croyait être vainqueur ».

Guillaume Paris livre alors un message d'espérance : « Avec des yeux humains, nous avions l'impression que tout était fini. Mais avec les yeux de la foi nous discernons autre chose. Nous contemplons la victoire de l'amour sur la haine, nous contemplons le triomphe de la vie sur la mort. Puisse cette formidable espérance nous apporter la paix intérieure dont nous avons tant besoin pour mener le juste combat ».

« Il fallait que j'arrête tout et que je vienne »

Face à lui, il y a le prince Albert II, des représentants du gouvernement, du Conseil national, des élus monégasques ou français…et des paroissiens. Surtout des paroissiens.

Komi est l'un d'eux. Il est venu hier soir pour se recueillir, pour être avec d'autres fidèles. Un impératif. « Il fallait que j'arrête tout et que je vienne », explique-t-il sur le parvis de l'église. Et puis la foi « permet d'éviter la haine », dit Alexandre-Emile, un peu plus loin. Il est « effrayé » par « tous les propos haineux » qui s'étalent sur internet. Le quinqua s'arrête de parler et s'éloigne de l'église. Les autres fidèles aussi. La bougie, elle, brûle toujours.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct