Rubriques




Se connecter à

Mercantour écotourisme prête à réinvestir la Roya

L'association, qui englobe les six vallées du parc du Mercantour, met tout en œuvre pour mieux s'implanter dans le haut pays mentonnais. Son objectif ? Promouvoir le tourisme durable

a.r. Publié le 20/11/2018 à 05:05, mis à jour le 20/11/2018 à 05:05
Les adhérents et partenaires présents lors de la réunion en début du mois.	(DR)
Les adhérents et partenaires présents lors de la réunion en début du mois. (DR)

Lancée en 2012, et destinée aux six vallées qui constituent le Parc national du Mercantour, l'association « Mercantour écotourisme » reprend - localement - du poil de la bête. Et entend bien (re)conquérir les vallées de la Roya et de la Bévéra. Avec pour principal objectif un mot inclus dans son nom : l'écotourisme. Notion encore méconnue qui tend pourtant à s'imposer comme l'avenir du tourisme, même s'il a vocation à ne s'adresser qu'à une niche.

« Il a pour synonyme le "tourisme durable". Il s'agit d'un tourisme qui reste à échelle humaine, ne met pas en péril l'environnement. Il inclut l'habitant, permet aux personnes intéressées de faire un voyage authentique, à la redécouverte de la vie locale. Il permet par ailleurs de créer du lien entre les différents acteurs. Vu la configuration de la vallée de la Roya, on peut parfois avoir l'impression d'être isolés. Alors l'entraide a son importance », explique Pauline Diesnis, membre active de l'association. Désireuse de valoriser « sa » vallée et ses habitants.

« L'écoutourisme est une demande très forte »

 

Pour poser les jalons d'une telle reconquête de l'est - où l'association existait déjà autour d'un noyau dur, mais sans proposer d'événements fédérateurs comme ont pu le faire d'autres vallées du Mercantour - une réunion s'est tenue au début du mois à l'ESAT Le Prieuré, à Saint-Dalmas-de-Tende. En présence de plusieurs adhérents, et, pour la première fois, de représentants d'offices de tourisme, de mairies et du Parc national du Mercantour.

Volontairement organisée dans une ambiance détendue et peu formelle, cette rencontre visait, entre autres, à créer des partenariats, indispensables pour que l'association puisse mettre ses objectifs à exécution (lire ci-contre). Les participants ont notamment convenu que l'une des meilleures manières de faire connaître l'association sur le secteur serait d'organiser un « week-end écotourisme Mercantour » dans les vallées de la Roya et de la Bévéra, en septembre.

Les acteurs du tissu économique royasque auront par ailleurs pu bénéficier de conseils et retours d'expériences de professionnels du tourisme. « Nous, nous sommes tous un peu des amateurs en la matière. Alors nous n'étions clairement pas là pour imposer nos idées, mais au contraire pour partager », note Pauline Diesnis. Persuadée, en revanche, que l'écotourisme a de beaux jours devant lui. Co responsable du gîte du Berghon, elle le constate pratiquement tous les jours.

« C'est une demande très forte des gens qui vivent en ville. Beaucoup en ont ras le bol de tout, et veulent se reconnecter à la nature. Toutes les personnes que j'ai vues ont envie de lâcher ce qu'elles font. Certaines viennent de Monaco, de Cannes ; elles sont nombreuses à vouloir changer de vie. »

 

Au plus près d'une nature luxuriante.

Et accueillante.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.