“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Menton tombe à Montélimar et rentre dans le rang

Mis à jour le 27/11/2018 à 05:16 Publié le 27/11/2018 à 05:16

Menton tombe à Montélimar et rentre dans le rang

« Cela fait cinq ans que je suis l'entraîneur de Menton basket, l'équipe est réputée pour être solide en défense, pourtant on vient de subir trois défaites consécutives à chaque fois avec 17 points d'écart !

« Cela fait cinq ans que je suis l'entraîneur de Menton basket, l'équipe est réputée pour être solide en défense, pourtant on vient de subir trois défaites consécutives à chaque fois avec 17 points d'écart ! Avec Robert Zuttion, le président, nous allons nous montrer plus durs car au-delà des défaillances individuelles, il y a des problèmes d'attitudes », rage Philippe Agostini, l'entraîneur mentonnais.

Privé de David Mosca (suspicion de fissure au tibia), les Mentonnais ont donc encore chuté, cette fois-ci sur le parquet de Montélimar. Si les conditions de ce lointain déplacement (6 h de route) n'ont pas arrangé la préparation de la rencontre, Philippe Agostini peste encore sur l'entame de match : « C'est vrai que l'action des gilets jaunes a compliqué ce déplacement, mais on a très mal débuté cette partie en ne respectant pas les consignes ».

Malmenés dans le QT1 (27-13), les Mentonnais ne parviendront jamais à refaire leur retard malgré une réaction jugée trop tardive par l'entraîneur.

« On a couru après le score en revenant parfois à cinq-six points mais Montélimar s'est montré particulièrement adroit à trois points, c'est une équipe très forte », reconnaissait le technicien mentonnais.

Lequel attend maintenant une réaction de son groupe samedi à 20 h au Careï face à Saint-Vallier II.


La suite du direct