“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Maxim Vengerov fait venir son vieux prof de Sibérie

Mis à jour le 09/08/2016 à 05:09 Publié le 09/08/2016 à 05:09
Séquence émotion pour le violoniste qui a retrouvé dans la salle son professeur à l'âge de 5 ans, madame Galina Tourtchaninova.

Séquence émotion pour le violoniste qui a retrouvé dans la salle son professeur à l'âge de 5 ans, madame Galina Tourtchaninova. Patrick Varotto

Maxim Vengerov fait venir son vieux prof de Sibérie

Le grand violonniste a retrouvé son mentor au conservatoire où se déroulent les master-classes de la Zahar Bron School pour violonistes surdoués

En marge du festival de musique, il se passe quelque chose de beau au conservatoire de musique : les cours de violon donnés par les professeurs d'une des plus célèbres écoles pour surdoués d'Europe, la Zakhar School of Music de Zurich.

Depuis vendredi dernier et jusqu'à demain, Paul-Emmanuel Thomas, directeur du festival, accueille au conservatoire - dont il est aussi le directeur - une dizaine d'enfants et d'étudiants d'élite venus de tous les coins d'Europe, qui ont été sélectionnés à Zurich pour suivre ce stage de perfectionnement à Menton. Le public peut assister aux cours.

La plus jeune élève a… 5 ans, le plus âgé 15.

Nous avons assisté au cours de la benjamine, Estelle, 5 ans donc.

Déjà une autorité de petite concertiste

Jeune, droite et fière, le chignon impeccable, elle tient dans ses mains un violon aux dimensions réduites, adapté à sa taille. Sur son archet se trouvent des bouts de scotch jaune comme on en met aux violonistes débutants afin qu'ils visualisent les déplacements de leur main. À part qu'Estelle n'a rien d'une débutante. Elle joue déjà avec une autorité de petite concertiste, ayant dans sa main gauche un « vibrato » qu'on n'acquiert normalement qu'après plusieurs années d'études.

Le professeur, une Russe nommée Liana Tretiakova, se promène autour de l'enfant, épiant ses moindres gestes. Elle corrige ici la position d'une épaule, là le placement du poignet. Elle interrompt l'enfant, joue sur son propre violon et l'enfant reprend, docile. Le professeur fait pleuvoir ses conseils. Estelle les boit avec un sourire angélique.

Peut-être, dans quelques années, sera-t-elle devenue concertiste. Elle jouera sur le Parvis Saint Michel. Et elle dira aux journalistes : « Il y a plusieurs années, j'étais à la master-class au conservatoire de Menton. Je me souviens, c'était le jour où Maxim Vengerov est venu… »

Tel maître, tel élève

Car Maxim Vengerov est venu. Ce violoniste, qui compte parmi les plus célèbres du monde, a fait la colossale surprise à l'assistance d'arriver accompagné de celle qui fut, en Sibérie, son premier professeur lorsqu'il avait 5 ans, madame Galina Tourtchaninova. Elle est aujourd'hui âgée de 86 ans. Embrassades et larmes en public.

Elle s'assit au premier rang et Maxim Vengerov se transforma lui-même en professeur.

Il fit venir sur l'estrade une petite Aurora, 10 ans. Elle joua, déjà très assurée. Il la félicita, l'arrêta. Puis, prenant son violon, rejoua la même phrase qu'elle. Soudain, la phrase qui était déjà belle sous les doigts d'Aurora rayonna comme un soleil. La force du talent ! Vengerov redonna le violon à l'enfant. Elle réessaya, améliora sa sonorité. Pendant ce temps Vengerov échangeait un clin d'œil avec son ancien professeur. Il avait l'air de dire : « Vous voyez, Madame, moi aussi je sais transmettre mon savoir aux jeunes !... »

Suprême leçon de pédagogie au violon, dans la chaleur de l'été à Menton…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct