“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Marcel Ravin, le chef étoilé du Blue Bay à Monaco, retrouve La Martinique pour le prince Albert II

Mis à jour le 27/10/2017 à 09:39 Publié le 27/10/2017 à 08:30

Marcel Ravin, le chef étoilé du Blue Bay à Monaco, retrouve La Martinique pour le prince Albert II

Chez lui en Martinique, Marcel Ravin a rejoint l'équipe des scientifiques du Yersin, le navire qui traverse les mers dans le  cadre des Explorations de Monaco, que rejoint régulièrement le prince Albert II.

Les algues sargasses, le cauchemar des Caraïbes

Dans les Caraïbes, l'équipe monégasque a embarqué huit scientifiques chargés d'étudier les sargasses, ces algues qui s'échouent massivement sur les côtes des Antilles, entre autres, et qui ont des conséquences catastrophiques sur la faune et la flore.

"La plage a été fortement touchée par les algues sargasses. Alors, la préservation des mers et des océans est une cause à laquelle je suis très sensible. Ça fait partie de mon ADN."

Cuisine: la MÉDITERRANÉE en martinique

Ce vendredi , Marcel Ravin est le chef choisi par le souverain pour un cocktail dînatoire dans l'un des restaurants de l'hôtel Simon qui rassemble plus de cent personnalités de la Martinique. 

"Je vais mélanger modernité et tradition. Il y aura des viandes boucanées, des saveurs ancestrales, des accras et des barbagiuans, du champagne et du planteur. C’est comme un jeu en fait. Vous savez, les climats sont proches. Les blettes, les brocolis, les navets fanes poussent en Martinique. Et le manioc pousse à Monaco!"

Un lien indéfectible

"Je suis un gamin de Martinique. Aujourd’hui, je m’investis au travers de l’association L’Espérance qui se charge de la formation des jeunes, notamment en cuisine. C’est important que la jeunesse ait accès à l’excellence et à la haute gastronomie. Car les jeunes sont très peu nombreux à pouvoir partir."


La suite du direct