“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Maladies du coeur chez les femmes : combattre le fléau

Mis à jour le 31/03/2017 à 05:14 Publié le 31/03/2017 à 05:14
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Maladies du coeur chez les femmes : combattre le fléau

Plus de cinquante personnes étaient réunies hier au Yacht-Club, autour des professeurs Gilles Dreyfus et Nadir Saoudi, qui ont souligné les risques

Le cœur des femmes... Il ne s'agit absolument pas d'évoquer ici les tourments de l'âme. Bien plutôt de rappeler que les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité des femmes de plus de 40 ans.

Depuis une trentaine d'années, les femmes ont rejoint et même dépassé les hommes en terme d'infarctus, d'insuffisance cardiaques et autres pathologies du cœur.

Une femme sur trois

Aujourd'hui, une femme sur trois meurt d'une maladie cardio-vasculaire.

Devant ce constat, le Monaco Press Club, en partenariat avec Femmes Leaders Monaco présidé par Chantal Ravera - association qui soutient l'opération « Sauvez le cœur des Femmes », a invité hier les professeurs Gilles Dreyfus et Nadir Saoudi.

Le directeur médical du Centre cardio-thoracique et le chef de service de Cardiologie du Centre Hospitalier Princesse Grace (CHPG) ont l'un et l'autre présenté des travaux de recherches, avant d'expliquer les raisons de ce phénomène relativement récent.

Les deux médecins ont souligné que les spécificités du genre féminin, longtemps ignorées, tendent à être davantage prises en compte dans les études, et donc dans les diagnostics et les traitements.

Mais un long chemin reste à faire...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.